10 conseils pour partir voyager en voilier sans expérience

Voyager en voilier sans expérience

Ça y est, votre décision est prise. Après des mois ou des années de réflexions, d’hésitations, vous ne reviendrez pas en arrière. Même avec très peu d’expérience de la voile, dans votre tête, vous êtes prêts à partir voyager en voilier et en famille. À vous la liberté, vous allez pouvoir partir à la conquête du monde, braver l’horizon et les éléments pour vivre l’aventure de votre vie!

Nous ne connaissons pas une seule famille nomade qui n’ait pas ressenti ce bien-être, cette forme de libération et d’excitation après avoir pris la décision de se lancer dans une nouvelle aventure. Il faut une sacrée dose de courage, d’abnégation mais certainement aussi un peu d’insouciance pour décider de quitter son confort quotidien et partir hors des sentiers battus. Mais cette décision a souvent un sentiment libérateur et nous procure l’énergie nécessaire pour franchir les premiers obstacles qui surgissent devant nous.

Pour autant, nombreuses sont les questions qui nous envahissent. Par où dois-je commencer, quel choix de bateau dois-je faire, quels cours dois-je prendre?… Et puis il reste l’essentiel: comment vais-je réagir une fois que je vais être en mer? Car même si nous avons pris quelques cours de voile au préalable ou que nous avons l’habitude de navigations côtières, la navigation hauturière se distingue à bien des égards. Ne plus voir la terre peut par exemple être un facteur anxiogène, avec l’impression d’être livré à soi-même. Et cette angoisse peut vite se révéler oppressante pour une personne qui se lance dans un voyage en voilier sans beaucoup d’expérience préalable. 

Alors pour prendre un bon départ, voici quelques conseils qui vous permettront d’avancer plus sereinement dans votre projet.

1. Ne pas voir trop grand dans le choix du bateau

Lorsque l’on décide de partir en voyage en voilier au long-cours, nous avons tendance à vouloir conserver un minimum de confort, comme à terre. Or ce sont des environnements totalement différents. Il est utopique de penser que toutes les commodités que nous avons dans une maison vont se retrouver sur un voilier. Un bateau doit rester le plus possible minimaliste, car plus il est complexe, plus il est équipé, plus les risques de pannes augmentent. Chacun doit trouver le meilleur compromis entre le confort, les équipements et les coûts associés.

Que votre choix se porte sur un monocoque ou sur un catamaran, vous devez savoir que plus votre bateau est grand, plus il va coûter cher en entretien. Et quand on dit cher, on parle souvent en milliers d’euros. Si vous devez ajouter à cela les coûts des marinas lorsque des travaux sont nécessaires, le budget peut vite être amputé. 

Mais cela n’est pas tout. Car choisir un grand bateau, c’est également devoir être en mesure de le manoeuvrer facilement. Nous avons tous eu des sueurs froides lors de manoeuvres dans des marinas que l’on ne connait pas, avec du vent de travers et des emplacements étroits. Enfin, un grand bateau sera beaucoup plus physique à manoeuvrer en mer. Même avec de l’assistance électrique, le bateau développera une puissance plus importante qu’un voilier plus modeste. A moins que vous ne naviguiez avec des équipages conséquents (ce qui n’est souvent pas le cas en famille), vous devrez être en mesure de manoeuvrer votre voilier en équipage réduit. Mieux vaut donc le choisir dimensionné à son programme et aux capacités de son équipage.

2. Débuter par de courtes navigations qui vont s’allonger progressivement, choisir son programme en rapport avec son niveau d'expérience

Même si vous avez déjà pris des cours de voile, considérez que partir en voyage en voilier en famille avec peu d’expérience, c’est un peu comme se lancer tout seul sur le périphérique parisien le lendemain de l’obtention de son permis de conduire. En gros, vous ne faites pas le malin, vous êtes seul(e) aux commandes et plus personne ne peut vous aider à prendre les bonnes décisions. Et vos réflexes, vos réactions face à un danger sont encore loin d’être aguerris. A chaque fois que vous allez allumer le moteur pour quitter une marina ou un mouillage, votre coeur va se mettre à battre et il y a fort à parier que vous ressentiez une petite boule dans le ventre. Mais cela est sain! Et dites vous que le jour où vous ne ressentez plus cette boule dans le ventre, vous aurez intérêt à redoubler de vigilance. Car l’excès de confiance en mer, ça ne pardonne pas.

Pour éviter de vous mettre trop vite dans des situations de stress intense, débutez par de courtes navigations de 2 ou 3h que vous allongerez progressivement. Bâtissez votre confiance dans le bateau, en vous-mêmes mais aussi dans votre équipage. Tout le monde à bord doit pouvoir apprendre à maîtriser le bateau, à en comprendre ses réactions. Ne soyez donc pas trop ambitieux dans vos premiers milles, mais préférez assurer le coup.

De plus, la réussite d’un voyage au long-cours se joue plus dans l’esprit d’un marathon que d’un sprint. En d’autres termes, préférez aller lentement dans vos déplacements plutôt que de vous imposer d’être rapidement à tel ou tel endroit. C’est souvent lorsque l’on courre après le temps que l’on enchaîne les navigations. On profite moins des escales, on se fatigue plus et l’inconfort peut vite se faire sentir parmi l’équipage. Or l’inconfort peut se transformer en stress, laisser place à la peur, à la saturation et en dernier lieu, à l’arrêt prématuré du voyage.

Avancez donc pas à pas, sans vous surestimer ou sans sous-estimer ce qu’engendre l’accumulation de beaucoup de milles en peu de temps. Rappelez-vous, vous ne faites pas de course mais de la plaisance!

3. Choisissez le plus possible des créneaux météo calmes en portant attention à la houle et aux courants

En voilier c’est bien connu, c’est la météo qui dicte le rythme. Et c’est encore plus vrai lorsque l’on débute et que l’on a peu d’expérience. Aller se confronter à des vents de plus de 25 noeuds, sauf quand on a pas le choix, ça commence déjà à être sportif pour des équipages non aguerris. Et si vous partez de Méditerranée, méfiez-vous encore plus, car elle est beaucoup plus traitre que l’Atlantique avec des vagues courtes et violentes.

Avant de prendre la mer ou de quitter un mouillage, étudiez bien les fichiers météo en vous basant sur les prévisions les plus pessimistes. Prenez les prévisions en mode « rafales » et ajoutez encore entre 5 et 10 noeuds pour vous accorder une marge de sécurité. Renseignez-vous également sur le particularités de votre zone de navigation. Les configurations des plans d’eau peuvent générer des vents différents de ceux annoncés par les fichiers météo. Et au lieu de vous retrouver dans du 15 noeuds avec mer plate, vous pourriez être surpris(e) avec des vents 2 fois plus forts qui pourraient vous mettre en difficulté. 

4. Ne pas se lancer dans des navigations de nuit tout de suite

La nuit toutes les sensations et les perceptions sont différentes. A vitesse égale, vous aurez l’impression d’aller plus vite. Vous n’apprécierez pas les distances de la même façon et bien sûr, vous n’aurez presque pas de luminosité, sauf en cas de pleine lune. À l’intérieur du bateau, les bruits sont perçus différemment que le jour. Les craquements du bois sont plus marqués, tout semble plus impressionnant. Sans compter les dangers qui peuvent trainer en surface et que vous ne verrez pas, les autres bateaux que vous pourrez croiser et pour lesquels il faudra interpréter correctement le cap, la vitesse, les feux…

Un conseil, allez-y la aussi progressivement. Commencez par faire des petites parties de nuit, comme par exemple partir en navigation en toute fin de nuit pour avoir une à deux heures d’obscurité. Puis allongez au fur et à mesure les durées. Vous verrez que vous gagnerez progressivement en confiance. Et vous pourrez apprécier de plus en plus ces navigations qui offrent souvent un spectacle grandiose: Voie lactée, plancton fluorescent, dauphins…

5. Embarquez un skipper, un moniteur de voile ou un ami qui a de l’expérience pour vous accompagner dans vos premiers milles

Même si vous avez pris des cours de voile, il n’est jamais facile de se lancer tout seul au milieu de nulle part… N’hésitez pas à vous faire accompagner par une ou des personnes qui ont plus d’expérience et qui finiront de vous accompagner et de vous rassurer dans la prise en main de votre voilier. Même si vous resterez le maître à bord, savoir que vous avez des personnes qui auront les bons réflexes en cas de problème, qui pourront tenir des quarts sans que vous ayez à vous inquiéter, ça vaut de l’or. 

Il y a beaucoup de personnes qualifiées qui souhaitent s’embarquer pour des navigations plus ou moins longues. En parcourant les réseaux sociaux, les forums, en postant des annonces, vous trouverez à coup sûr la personne qui vous convient. Mais attention, étant capitaine de votre voilier, c’est vous qui fixez les règles de fonctionnement selon ce que vous recherchez. N’oubliez jamais que le manque d’expérience n’est pas incompatible avec la capacité à déterminer son programme et la façon dont on veut naviguer.

6. L’équipier ou l’équipière adulte qui a le moins d’expérience prend la décision du top départ

Se lancer dans un voyage en voilier en famille sans expérience et pour une longue durée n’est anodin pour personne. Le degré de confort, de confiance et les ressentis sont forcément différents selon les membres de l’équipage. Avant d’appareiller même pour une courte navigation, le départ doit être concerté. Il est conseillé que l’adulte qui se sent le moins à l’aise soit favorable au départ, cela ménagera les susceptibilités et sera un gage d’harmonie à bord. Par exemple, une bonne chose à faire et de laisser la personne la moins à l’aise étudier les fichiers météo et donner son point de vue sur les conditions de navigation. Le créneau de départ pourra ainsi être choisi d’un commun accord. Par la suite, au fur et à mesure des navigations, tout le monde sera plus à l’aise et il sera plus facile de partir.

7. Apprenez à mettre votre bateau à la cape

En mer, nous ne sommes jamais très loin d’une difficulté, d’une météo changeante, d’un problème technique ou tout simplement d’un gros coup de fatigue. Et lorsque vous êtes trop loin des côtes et que vous devez faire le dos rond, l’une des meilleures options consiste à mettre votre bateau à la cape. Mais de quoi s’agit-il exactement?

En théorie comme en pratique, c’est assez simple. Il « suffit » de faire virer le bateau sans ne rien toucher aux voiles et à vos réglages. La grand voile va changer d’amure et la voile d’avant va se gonfler à contre. Les forces qui vont s’exercer sur les voiles vont s’opposer et le bateau va s’arrêter face aux vagues. Il ne vous reste plus qu’à bloquer la barre en l’orientant « au vent ». Même dans une grosse mer avec beaucoup de vent, vous retrouverez tout de suite un peu de « confort » et de tranquillité. Vous pourrez vous mettre à l’intérieur, vous reposer, manger. Les sensations seront immédiatement complètement différentes.

La mise à la cape est également une manoeuvre d’urgence en cas d’homme à la mer par exemple, à condition que vous ne naviguiez pas sous spi ou trop au portant. N’hésitez pas à pratiquer cette manoeuvre dès vos premières sorties.

8. Travaillez votre communication

Lorsque l’on débute dans une nouvelle activité, le manque d’assurance peut vite nous faire paniquer dans des situations un peu stressantes ou dans des manoeuvres que nous n’avons pas beaucoup pratiquées. Un mouillage, une prise de coffre, une prise de ris, un accostage dans une marina… Lorsque l’on a peu d’expérience (comme après d’ailleurs), la peur de perdre le contrôle peut générer de l’agressivité, des engueulades qui ne vont pas arranger les choses. Aussi, une bonne communication est cruciale

Le Capitaine reste le seul chef d’orchestre à bord, il est responsable de la réussite ou de l’échec de la manoeuvre. Mettez vous d’accord avant la manoeuvre sur des signes qui vont vous aider à communiquer. Souvent avec le vent, il n’est pas rare de ne pas s’entendre entre l’avant et l’arrière du bateau. Prenez votre temps, expliquez ce qu’il y a à faire, décomposer les manœuvres et surtout, restez calme! Si vous devez vous y reprendre à plusieurs fois, ce n’est pas grave. L’énervement est la meilleure recette pour se rater et mettre une très mauvaise ambiance à bord.

Il n’est pas rare de voir des voiliers arriver dans des mouillages et de faire le spectacle avec Monsieur à l’ancre et Madame à la barre. Et si par malheur la première tentative rate, alors c’est le début du spectacle pour tous les bateaux voisins. L’orgueil de Monsieur en prend un coup et Madame assume comme elle peut… Et croyez-nous, vous ne voulez pas vous retrouver dans cette situation! Nous avons tous manqué des manoeuvres et nous en manquerons encore. L’erreur est humaine et c’est d’ailleurs comme cela qu’on apprend. Alors restez zen, la plaisance doit rester du plaisir.

9. Donnez-vous du temps

Votre programme est de partir voyager au long-cours en famille. Profitez de ce que le voilier vous offre: de la lenteur! Inutile de vouloir aller trop vite dans vos étapes et votre parcours. L’aventure peut commencer à seulement 2h de navigation de son point de départ. Et cela suffit parfois à être totalement dépaysé.

Donnez le temps à chacun de trouver son rythme à bord. Et à moins que vous n’ayez qu’une seule année devant vous qui vous impose des créneaux de traversée pour un tour de l’Atlantique par exemple, rien ne vous empêche de décaler de plusieurs mois une longue traversée. En voilier, le rythme effréné de la terre n’a pas lieu d’être. Alors laissez-vous porter par vos envies et vos coups de coeur!

10. Entraînez-vous à barrer, à sentir votre bateau et à en connaître ses réactions

Pouvez-vous vous imaginer conduire une voiture sans jamais toucher le volant? Lui feriez-vous une confiance aveugle à 130km/h sur l’autoroute ou bien en cas d’urgence sans connaître ses réactions? Probablement que non… Mais il faut aussi envisager les pannes électroniques. Certes, un pilote automatique barre beaucoup plus précisément qu’un humain, mais si votre pilote tombe en panne, comment feriez-vous? Vous n’aurez pas d’autre choix que de barrer 24h/24, à moins de disposer d’un régulateur d’allure qui pourra vous soulager un peu.

Quand on décide de partir voyager en voilier en famille sans expérience, de nombreuses craintes surgissent, la plupart du temps parce que nous sommes confrontés à un environnement hostile, qui nous est inconnu et dont on ne maîtrise pas tout. Un bateau qui accélère, qui prend de la gîte, ça reste toujours impressionnant et ça peut créer des peurs par manque de connaissance des réactions du voilier. Or plus vous allez vous familiariser avec le comportement du bateau sous voiles, plus vous serez rassuré(e) sur son côté marin. Tous les membres de l’équipage devraient se familiariser avec la conduite du bateau, y compris les enfants. Pour eux, c’est un bonheur de pouvoir barrer et de sentir les mouvements du bateau.

Et une nouvelle fois, n’ayez pas peur de faire des erreurs, vous verrez que les bateaux de plaisance pardonnent généralement beaucoup plus d’erreurs que ce que l’on pense.

On traverse l’Atlantique, direction les Antilles! (Partie 1/2)

Traversée de l'Atlantique

On part pour une traversée de l’Atlantique, direction les Antilles! Vous y croyez vous? Nous, on a encore du mal à réaliser… on va traverser un océan à la seule force du vent, et braver les éléments sur notre maison flottante. Il y a encore quelques semaines nous hésitions à nous engager dans un tel périple. Parce que quand on y pense, même si pour beaucoup de marins expérimentés, l’expérience paraît banale, il s’agit bien de passer environ 3 semaines sur l’eau au milieu de l’Atlantique sur une coque en plastique qui ne représente pas grand chose au milieu de cette immensité…

Pour nous lancer malgré nos hésitations (c’est quand même une grande inconnue pour nous!), il y a eu un premier déclic après notre soirée passée avec Sophie de RyanandSophie Sailing. Elle a fini par nous rassurer sur le fait que nous étions suffisamment équipés pour partir. Jusque-là, l’état de notre génois déjà réparé ne nous rendait pas vraiment optimistes. Mais au final, avec 4 voiles d’avant (2 génois, une trinquette et un spi), on a fini par être convaincus de partir. Mais avant ça, nous sommes passés par quelques préalables.

Équipage et révisions...

D’abord sortir le bateau de l’eau pour lui faire une bonne révision. Notre escale à Las Palmas de Gran Canaria a été parfaite pour cela. Safran, guindeau, spi, teck, antifouling, vérification du gréement, nous n’avons pas ménagé nos efforts juste avant Noël pour nous assurer que le bateau était au top de sa forme pour nous porter vers l’Ouest! Ensuite, il nous fallait constituer notre équipage. Nous avions recruté Léa, une jeune française avec qui nous avions eu un contact en visio-conférence après qu’elle ait posté une annonce sur les groupes spécialisés dans les bourses aux équipiers. Pour nous, Léa avait le profil parfait, avec comme inconnue l’acclimatation à l’univers marin et au mal de mer. Sans connaissance de la voile, son but était de traverser de préférence avec une famille. Une excellente chose puisque nous voulions que quelqu’un puisse occuper les enfants pendant les journées de navigation. Très rapidement, elle se montrera non seulement très dévouée vis à vis de Mathieu et Océane, mais en plus de ça, passionnée par la navigation, l’envie d’apprendre et de comprendre. Elle se révèlera être une super barreuse, même dans les conditions un peu plus musclées. 

Avec Léa, notre équipage semblait complet, jusqu’au jour où Lynne m’informe lorsque nous étions à Las Palmas, que deux heures plus tard, 2 garçons, Antonin et Corentin, allaient venir nous voir pour discuter de leur projet de traversée. Tous les deux viennent de se lancer dans un tour du monde en stop. Ils travaillent avec des écoles primaires, ne connaissent pas la voile non plus. Mais leur projet est super et s’inscrit bien dans la philosophie que l’on aime, avec l’implication des enfants. Du coup ça « matche » vraiment bien et deux jours plus tard, ils s’installent à bord. Ils sont bien complémentaires pour la gestion du bateau et d’une gentillesse incroyable. Leur présence ne sera pas de trop pour les travaux sur le bateau. Et franchement, les écouter s’extasier à chaque instant fait vraiment plaisir. Leur mot clé, c'est "Incroyable"! Au moins, ils savent apprécier la vie et savent aussi pourquoi ils sont là!

Traversée de l'Atlantique

Le pré-départ et Covid

Océane voulait absolument passer Noël hors navigation. Certainement par crainte que le Père Noël ne la trouve pas!… c’est donc au mouillage de Las Palmas que nous célébrons simplement cette journée spéciale, par 24 degrés. Puis faute de bonne fenêtre météo pour descendre au Cap-Vert, nous prenons la décision de nous rendre à Tenerife pour quelques jours. Cela permettra à tout l’équipage de s’amariner. Nous faisons une courte navigation de nuit et nous installons à la Marina de Santa Cruz. Là, nous y retrouvons nos amis de World Towning et de Kokopelli qui étaient nos voisins de ponton à Canet! Décidément ce monde est petit, et nous sommes ravis de retrouver Alain et Lydia. Nous faisons aussi la connaissance d’une famille Belge avec qui Mathieu et Océane ne cessent de jouer. Jusqu’à ce que… à la veille de partir pour le Cap-Vert, nous sommes tous testés positifs au COVID. Désillusion pour tout le monde, nous qui pensions passer le Nouvel An en mer, nous allons devoir rester isolés sur le bateau pendant 7 jours… heureusement à part une légère fatigue, nous n’avons que très peu de symptômes. Mais on doit bien avouer que l’impatience commence à nous guetter, même si fondamentalement, rien ne nous presse à partir…

On prend le large!

Le bon côté du Covid, c’est qu’une fois la période d’isolement passée et dans l’attente de la fenêtre météo, nous pouvons refaire quelques réserves. Et avec Lynne, nous en profitons pour faire une dernière petite escapade sur le Teide, le plus haut sommet d’Espagne perché à 3.700m d’altitude.

Enfin, c’est le grand moment! Nos tests antigéniques négatifs, l’excitation se fait grandement sentir parmi l’équipage. Nous larguons les amarres à 9:00 de Santa Cruz et nous faisons un stop rapide quelques milles plus au sud pour faire le plein de carburant. Nous reprenons ensuite notre route au moteur à cause d’un vent défavorable, jusqu’au moment où il s’établit à 15 noeuds travers, le temps idéal pour dérouler le génois. Et là, grosse désillusion, l’enrouleur électrique ne fonctionne pas… je passe au moins 3 heures à essayer de trouver la solution, mais sans succès. Nous devons faire une escale technique au sud de Tenerife pour trouver la solution à cette énigme que j’ai bien l’intention de résoudre en moins de 24h. Une chose est certaine, le problème est électrique. Alors une fois amarrés à la marina San Miguel, qu’il fasse déjà nuit ou pas, je m’empresse de démonter le boîtier de commande pour inspection. Bingo! L’interrupteur est complètement oxydé et les fils électriques ne sont pas dans le meilleur des états. Du coup, à la première heure le lendemain matin, je suis à fond pour aller trouver un nouvel interrupteur. C’était sans compter sur mes yeux qui se fixent sur le nom du bateau voisin: « last chance »… serait-ce un signe du destin? Ça passe ou ça casse? Je trouve finalement mon graal en moins d’une heure. Retour au bateau, changement de l’interrupteur, reprise des fils électriques, je teste, ça fonctionne! Je peux refermer tout ça et nous pouvons prendre le large! Cette fois-ci c’est la bonne!

Traversée de l'Atlantique

6 jours exceptionnels

Toujours difficile de décrire les instants d’émotions que l’on peut ressentir quand on vit une expérience aussi particulière que celle de partir en mer pour traverser un océan. De toutes les navigations que nous avons fait depuis 2 ans, celle-ci est de loin la plus remarquable que nous ayons pu avoir, et de loin la plus agréable. Si nous sommes forcés de faire un arrêt technique pour une nuit au Sud de Tenerife pour un problème électrique sur l’enrouleur de génois, nous reprenons la mer dès le lendemain dans des conditions idéales, avec 15 noeuds travers. Nous sommes accompagnés d’un catamaran américain qui a quitté la marina de San Miguel au même moment que nous. Nous naviguerons pendant 48h bord à bord, avec des contacts VHF réguliers. Rapidement, les dauphins viennent nous rendre visite. Nous en avons tous les jours. La nuit, ils dessinent un sillage dans le plancton fluorescent, déboulant de l’arrière du bateau à l’étrave comme des torpilles! Le spectacle est fascinant. Le bateau marche bien à une moyenne soutenue de 7 noeuds et nous parcourons 320 milles en 48h. Les conditions de la deuxième nuit sont même un peu musclées avec des rafales à 32 noeuds et un vent moyen de 26-27 noeuds. Mais le bateau même un peu trop toilé passe bien les vagues. Je décide de soulager le pilote en prenant la barre plusieurs heures, relayé ensuite par nos équipiers de choc, Léa, Antonin et Corentin.

Traversée de l'Atlantique

A partir du troisième jour, le jeu consiste à essayer d’échapper au mieux au centre de l’anticyclone. Mais il avance plus vite que nous. Nous envoyons le spi pour la première fois depuis que nous avons le bateau et en profitons pour prendre des images de drone. Les dauphins viennent jouer par dizaine autour du bateau. Et ils s’en donnent à cœur joie, les plus jeunes sautant à des hauteurs impressionnantes. C’est la fête à bord! Tout le monde admire et savoure le moment. Deux tortues passent tranquillement à deux mètres de la coque, on ne sait plus où donner de la tête.

Traversée de l'Atlantique

Le lendemain, nous renvoyons le spi pour quelques heures puis le vent faibli vraiment. C’est l’heure et les conditions parfaites pour une baignade par 4.000m de fond. La température de l’eau n’est pas loin des 28 degrés. Léa surmonte ses peurs des grands fonds, Antonin et Corentin enchaînent les sauts depuis le bateau et Océane suit le mouvement. Puis nous repartons au moteur pour les 48 prochaines heures. On se passerait bien du grondement de notre ami "Perkins", mais c’est le seul moyen d’avancer. Et dans ces conditions, nous apercevons à quelques centaines de mètres de nous, plusieurs baleines en surface. Je décide de dévier notre route pour nous en rapprocher doucement, sans les perturber. Et là, le spectacle est magique. Nous passons 1h30 à les observer. L’une d’entre elles sortira la tête à tout juste 10 mètres du bateau. Impressionnant et majestueux de voir ces énormes mammifères si près de nous.

Et c’est finalement à l’aube du sixième jour que nous apercevons la terre se dessiner à l’horizon. Les îles de Santo Antao, São Vicente et São Nicolau apparaissent à quelques milles encore du bateau. Nous profitons d’un peu plus d’air pour terminer notre traversée sous voiles. Nous arrivons dans la baie de Mindelo après tout juste 6 jours de navigation. Nous avons parcouru 840 milles nautiques sans aucun dommage et avec un super équipage dont la complicité continue à se construire chaque jour un peu plus. Nul doute que ces moments resteront gravés dans la tête de chacun pour encore de longues années.

Nous allons maintenant profiter de ce que le Cap-Vert a à nous offrir. C’est la première fois depuis notre départ que nous sommes réellement dépaysés et que les enfants vont pouvoir vraiment commencer à se rendre compte de la chance qu’ils ont de faire ce voyage. 

Pour retrouver les images de notre traversée, ne manquer cette vidéo réalisée par notre équipier Antonin. Un régal!

Changer de vie: l’importance d’une date pour lancer son projet

L'importance d'une date

Au plus profond de chacun d’entre nous, il y a certainement l’envie ou le rêve de sortir un peu de notre quotidien, de partir à l’aventure, de changer de vie, de réaliser des choses qui nous paraissent au premier abord inaccessibles ou irréalisables.

Fini les excuses!

Bien souvent, on se trouve des excuses toutes faites pour ne pas franchir le pas et aller là où notre coeur nous pousse à aller. On se dit que l’on a le temps, que les conditions ne sont pas encore réunies, on se laisse dominer par le quotidien, le boulot, la routine… et finalement, le temps passe, on se met nos propres freins et malgré notre aspiration à découvrir autre chose, nous sommes incapables d’avancer vers ce qui pourrait être un nouvel idéal pour nous. 

Quelle date idéale ?

Lorsque l’on a un projet en tête, le plus difficile est de parvenir à franchir le pas et à se mettre réellement en action, en mouvement. Nous n’avons pas échappé à tous ces défis, réflexions et questionnements avant de nous lancer dans notre aventure en famille. Et ce qui nous a aidé, ça a été de poser une date sur le calendrier pour lancer notre projet. Après de multiples réflexions et au retour de deux semaines de navigation sur la Costa Brava à l’été 2018, Lynne qui était probablement la moins convaincue de nous deux de nous lancer dans un voyage autour du monde à la voile, a posé la question « comment fait-on pour réaliser notre projet et quand est-ce que l’on part? ». Et c’est à partir de cet instant que nous avons posé la date de juillet 2020 sur notre calendrier comme date de départ. Nous avions deux ans devant nous pour créer les conditions de la faisabilité de notre projet et de cette nouvelle vie. 

Travailler son plan d'actions...

Et c’est incroyable de constater à quel point une date nous a permis d’accélérer la cadence et de nous projeter réellement dans la planification et les étapes de préparation du projet. Impressionnant aussi à quel point cette deadline a été facteur de motivation, d’énergie positive pour avancer et surmonter tout un tas d’obstacles. Et enfin, surprenant de constater que pour nous, l’aventure avait déjà commencée, en occupant notre esprit au quotidien, en nous projetant sur ce à quoi allait ressembler notre nouvelle vie sur l’eau. Cette date n’a pas fait que nourrir notre rêve, elle a été le déclencheur d’un plan d’actions concret qui a permis de lancer la machine pour nous rapprocher chaque jour un peu plus d’un rêve qui paraissait au premier abord inaccessible. 

Et vous, quelle sera votre date?...

Alors si vous aussi vous avez un projet en tête, vous aspirez à quelque chose de nouveau, à un changement, commencez par poser une date sur votre calendrier, vous constaterez le pouvoir généré par cette démarche toute simple, et à quel point cela apporte une énergie positive et une motivation à toute épreuve.

Lancés dans notre nouvelle vie

Lancés dans notre nouvelle vie

Voila un peu plus d’un mois que nous avons quitté Canet et que nous sommes réellement lancés dans notre nouvelle vie. Si notre mésaventure lors de notre première traversée avortée s’est soldée par plus de 3 semaines passées au port de Palamós, nous avons fait ensuite une étape de 4 jours à Blanes, une étape de 2 jours à Barcelone et nous voilà à présent aux Baléares, à Alcudia

Voici le récit de notre dernier mois...

Évaluer les dégâts 

Il faut bien l’avouer, avoir navigué pendant plus de 24h avec 90m de chaîne et une ancre de 30 kgs au fond de l’eau a soulevé quelques inquiétudes sur l’état du bateau. Au-delà des avaries visibles comme le génois déchiré, il était nécessaire d’inspecter la coque et toutes les parties immergées du bateau. J’ai donc enfilé ma combinaison, mes palmes et me voilà en ce 5 janvier de nouveau dans l’eau coincé entre 2 coques dans une eau à 13 degrés pour essayer de détecter le moindre petit problème. Heureusement l’eau est limpide ce qui donne une excellente visibilité. Et par chance, à part quelques coups sur le gelcoat au-dessus de la ligne de flottaison, un peu de peinture antifouling qui s’est enlevée sur les parties renforcées du tunnel du propulseur d’étrave, je ne vois rien. Il est vrai que sans bouteille de plongée et quelques kilos de plomb, j’ai un peu de mal à descendre en apnée comme dans le Grand Bleu, mais je suis à peu près sûr de moi quand à la qualité de l’inspection. Nous nous en sortons bien dans notre malheur et c’est la preuve que le bateau est vraiment marin.

Gérer les finances

Néanmoins, s’il n’y a pas de dégâts sous le bateau, il n’en ai pas de même sur notre porte monnaie... Notre mésaventure vient impacter l’équilibre de nos finances à court terme et nous savons que nous devrons être vigilants dans les semaines qui suivent pour ne pas nous mettre dans le rouge. Nous nous mettons à la recherche d’un génois de rechange. Nous avions plutôt prévu l’achat de voiles neuves pour l’automne 2021. Alors pour cette fois, ce sera un génois d’occasion. Après avoir parcouru quelques petites annonces, nous en trouvons un dont les dimensions sont à peu de choses près similaires au nôtre et pour un prix de 300€. Transport compris, la note s’élève à 500€. Nous ne pouvons pas voir la voile, mais elle est vendue par un professionnel, il y a donc des chances pour qu’elle soit quand même dans un état correct. Nous ne laissons donc pas passer l’occasion. La voile arrivera finalement deux semaines plus tard après quelques quiproquos entre le vendeur et l’agence de livraison. Nous en sommes quitte pour une facture d’un mois de port à 1.000€...

Nous en profitons également pour recommander un boîtier électronique pour notre moteur HB d’annexe qui lui, avec ou sans tempête, ne fonctionne toujours pas. Il va bien falloir que l’on parvienne à le faire fonctionner si on veut passer du temps dans les mouillages. Nous le recevons 3 jours avant notre départ de Palamós avec un excellent service de la société CNautique France.

Ambiance COVID...

Les débuts dans notre nouvelle vie sont aussi marqués par l’adoption de nouvelles habitudes. Découvrir de nouveaux lieux, c’est pouvoir identifier rapidement les points de ravitaillement en nourriture, les aires de jeux pour les enfants, les lieux à visiter. Et sans voiture à disposition, pas toujours évident. Tout prend un peu plus de temps mais le bon côté des choses, c’est que ça nous fait marcher beaucoup plus qu’avant. Ce qui nous marque le plus, c’est l’atmosphère étrange qui règne à chaque escale dans cette période de forte épidémie. Déambuler dans des rues presque désertes avec de nombreux commerces fermés donne souvent l’impression de villes fantômes. Même Barcelone a pris un tout autre visage sans les animations de la Rambla, la foule qui déambule dans les rues. On ressent réellement le poids de cette période compliquée, et nous ne pouvons nous empêcher de penser à toutes les personnes qui souffrent économiquement avec toutes les conséquences que cela engendre sur l’avenir mais aussi sur la santé mentale.

Un sentiment encore plus fort d’être privilégiés

Quand à nous, nous sommes pris entre deux ressentis. Celui de privilégiés d’abord, en étant en mesure de voyager et d’échapper à la plupart des restrictions mises en place par le gouvernement espagnol et les provinces autonomes. Alors que la Catalogne est confinée par ville, nous sommes autorisés à nous déplacer en bateau sans que rien ne nous soit demandé. Nous sommes toujours accueillis chaleureusement par les ports. Même le passage vers les Baléares n’a posé aucun problème. Alors que nous avions prévu de faire un test PCR (et même payé 400€ pour un rendez-vous pour nous 4 à Barcelone), nous avons appris qu’en ayant séjourné dans des ports espagnols précédemment, nous n’avions pas besoin de test. Tant mieux pour nous, même si on lutte maintenant pour nous faire rembourser... 

L’autre sentiment en étant lancés dans cette nouvelle vie, c’est celui de culpabilité. Alors que les gens sont cloués chez eux, nous profitons d’une liberté qui nous permet de bouger, de nous évader et finalement de moins subir les effets de la crise, de mener une vie presque normale au quotidien. Mais nous nous sommes aussi créés cette nouvelle vie au prix de sacrifices et d’efforts, nous pouvons aussi la savourer.

Impliquer les enfants

Et comment se passe la vie à bord avec les enfants 24/24h avec nous? C’est l’un de nos gros défis du moment... globalement ils sont très coopératifs et c’est agréable de voir leur complicité s’installer au fil des jours. Mais il y a quand même quelques points qui sont sources de tensions. Nous essayons de les sortir des tablettes qui leur servent à la fois d’outil d’apprentissage, mais pas que... l’équilibre entre notre travail, l’éducation, l’école, l’entretien du bateau, les déplacements, les loisirs n’est pas encore totalement calé. Ils demandent beaucoup d’attention, sont intéressés par plein de choses mais jouent aussi parfois avec nos nerfs... À leur âge ils ont besoin de contacts avec d’autres enfants et les aires de jeux  font partie de nos premières recherches lorsque l’on arrive quelque part. Pas plus tard qu’hier, ils ont fait la connaissance d’une petite fille allemande de 8 ans (qui parlent 5 langues!! rien que ça...) et de deux garçons russes de 7 et 9 ans qui vivent également sur leur bateau. Une belle rencontre malgré la barrière de la langue qui sera à notre avis vite surmontée! C’est aussi ça que nous recherchons, les rencontres et le partage de cultures. Mais il est important de leur forcer un peu la main pour sortir du bateau, vaincre leur timidité et aller à la rencontre des autres.

Nos prochaines étapes...

Avec notre arrivée aux Baléares, nous nous sentons pleinement lancés dans notre nouvelle vie. La traversée depuis le continent était importante pour retrouver le plaisir de naviguer et la confiance dans le bateau. Lynne souhaitait reprendre progressivement avec de petites étapes depuis Palamós avant de reprendre une plus longue navigation. Maintenant que nous sommes ici, nous allons y rester plusieurs semaines. Il y a beaucoup d’endroits à découvrir à commencer par la côte Est de Majorque que nous ne connaissons pas. Nous longerons la côte à la découverte d’endroits improbables et nous l’espérons, à la rencontre d’autres familles. Nous essaierons ensuite de descendre un peu plus vers Ibiza et Formentera, deux îles qu’il nous reste à découvrir.

Il ne vous reste plus qu’à nous rejoindre si le cœur vous en dit et si la situation le permet! Vous serez toujours les bienvenus à bord!

L’heure du départ

Noël 2020 se referme derrière nous, Lisa et Emma qui nous avaient rejoints pour quelques jours en famille sont reparties hier et l’heure du départ est désormais arrivée. Toujours difficile de voir les filles repartir, surtout après un court séjour de 5 jours à peine. Il a été bien rempli comme toujours. Mais maintenant, notre esprit est focalisé sur le 30 décembre 9h00. Ce sera le jour de notre départ,  direction les Baléares, l’île de Majorque et le port d’Alcudia.

Depuis le temps que nous attendions ce moment de larguer les amarres, nous devrions nous sentir comblés et privilégiés de pouvoir nous offrir cette parenthèse indéterminée de liberté. Et pourtant, à l’heure où nous écrivons ces lignes, ce sont beaucoup d’émotions qui nous traversent l’esprit mais aussi beaucoup de doutes.


Beaucoup d’émotions qui se bousculent…

Des émotions d’abord de quitter notre ponton, un an presque jour pour jour après nous y être amarrés pour la première fois. Nous y avons fait de belles rencontres, avons noué de belles complicités avec nos amis. Il est certain que nos apéros improvisés vont nous manquer, l’entraide mais aussi les provocations amicales à force de me voir trafiquer mon moteur hors-bord, réparer un énième problème… Le monde de la mer et de la voile est réellement un univers où nous partageons tous des valeurs similaires de simplicité, de solidarité et d’humilité.

Emotions aussi de nous éloigner d’amis que nous côtoyons depuis 10 ans. Les enfants ont grandi ensemble avec le plaisir immense de se retrouver tous les étés pour faire les fous sur la plage et passer de longues soirées. Et que dire de Claire et Julie qui font pleinement partie de notre famille tellement nous avons passé du temps tous ensemble et partagé les bons moments comme les galères… Vraiment, vous allez tous beaucoup nous manquer. Ça nous rappelle notre déménagement de Bègles dans des circonstances particulières où nous avions dû aussi partir pour nous installer sur le bateau sans avoir eu le temps de dire au revoir à tout le monde.

A l'heure du départ

Des doutes et des incertitudes…

A l’heure du départ, les émotions laissent aussi place aux doutes. Nous partons dans des circonstances sanitaires complexes. Nous ne savons pas ce que les prochaines semaines nous réservent. Nous avons fait le choix de Majorque en sachant que pour le moment, il est impossible d’accoster en Espagne ailleurs qu’aux Baléares et aux Canaries. Et cela peut changer à tout moment avec des mesures renforcées, alors en plus des fichiers météo nous passons pas mal de temps à scruter les conseils aux voyageurs... Malgré toutes les précautions et les informations que nous avons prises, nous avons toujours des doutes sur l’accueil qui nous sera réservé, bien que nous restons positifs.

Et à plus long terme, nous n’avons aucune visibilité sur la possibilité de réaliser notre tour de Méditerranée pour débuter notre aventure. Nous nous ajusterons au fur et à mesure.

Nous avons plein de questions en tête… Saurons-nous être à la hauteur des surprises que nous réservent les éléments, saurons-nous faire face aux différentes galères qui vont jalonner notre parcours, est-ce que tout le monde va savoir s’adapter à cette vie en mer? Ces dernières semaines, j’ai dû régler pas mal de soucis sur notre moteur. Il tourne parfaitement maintenant, mais je n’arrive pas à me rassurer totalement sur ma capacité à avoir trouvé la solution à tout. Les travaux étaient conséquents. Nous avons vidangé toute la cuve de gasoil après avoir fait l’erreur d’avoir versé environ 140 litres d’eau dans la cuve.

Nous avons aussi changé les silentblocs en désaccouplant l’arbre d’hélice. Même si un mécano devrait venir contrôler notre travail, seules plusieurs heures de navigation au moteur sans dommages pourront finir de me rassurer. Enfin, le démarreur électronique ne tenait plus que sur une vis ce qui nous a valu de belles frayeurs pas plus tard que la semaine dernière avec une panne moteur à l’entrée du port et une entrée/sortie à la voile sans vent à la merci des cailloux de la digue…

L'heure du départ
L'heure du départ

Mais aussi plein d’espoir et de soif de découverte !

Malgré tout ça, nous sommes impatients de nous jeter dans ce nouveau chapitre de notre vie, faire découvrir le monde autrement aux enfants et vivre cette aventure à fond. Les dernières volontés de Lynne avant l’heure du départ ont été exaucées grâce à notre séjour à Foix: voir la neige! Le timing ne pouvait pas être plus coordonné! Certes, l’hiver n’est peut-être pas la meilleure saison pour démarrer un voyage en voilier, mais les beaux jours reviendront vite. Notre parcours pour les 9 prochains mois devrait nous amener en Sardaigne, Sicile, à Malte, en Grèce, avant de revenir par l’Italie et la Corse. 

Nous espérons que certains d’entre vous pourrons nous rejoindre pour partager un petit bout de chemin avec nous. Et si en plus vous avez des compétences en mécanique, en électronique, en électricité, que vous êtes vidéaste amateur, photographe, blogueur… alors votre cabine vous attend!