Bilan après un an de voyage en voilier!

Bilan après un an de voyage en voilier

« L’important n’est pas la destination mais le voyage ». 

Après un an de voyage en voilier, cette devise  résume bien notre parcours depuis notre départ de Canet-en-Roussillon. Si on regarde le nombre de Miles Nautiques parcourus, nous sommes encore loin des navigateurs de course au large engagés dans le Vendée Globe. Mais peu importe, car dans notre aventure, nous nous sommes donné le privilège du temps, pour que chacun apprenne et se sente bien. Voici donc un premier bilan de nos 12 mois bien éloignés des réalités de la vie à terre… Et si vous en doutiez encore, nous n'avons aucune intention de nous arrêter là pour l'instant!... 😉

Le meilleur plan, c’est pas de plan!

Dès notre première traversée, nous avons vite compris qu’il ne servait à rien de vouloir se tenir à un plan précis. Vous vous souvenez forcément de nos péripéties après avoir essuyé cette première tempête en Méditerranée qui, au lieu de nous porter vers les Baléares, nous a finalement fait atterrir sur la Costa Brava. Le ton était donné… Et pour nous, ce fût un mal pour un bien. Cela nous a bien fait comprendre que dans cet environnement marin, ce n’est pas toi qui décide, mais plutôt les éléments. Nous le savions avant de partir, mais il valait mieux que mère nature nous envoie une dernière piqûre de rappel! Et nous en avons fait notre philosophie, en écartant les courses contre la montre, quelles que soient les circonstances. Nous avons appris qu’il faut être prêt à tout, que chaque navigation se mérite et que même dans des conditions calmes, le danger et les montées d’adrénaline ne sont jamais très loin, en mer comme au mouillage. Nous devons veiller sur notre équipage, sur notre bateau mais aussi sur les autres. Et que dire des conditions météo dont les prévisions nous engagent dans des échanges passionnés afin de trouver les meilleures fenêtres de navigation. Sans oublier le COVID qui oblige à intégrer des paramètres supplémentaires et qui en cette nouvelle année, bloque pour quelques jours notre descente vers le Cap-Vert, l’ensemble de l’équipage ayant été testé positif… 

Apprendre à mieux communiquer

Après un an de voyage, nous avons dû aussi apprendre à cohabiter pleinement, sans échappatoire possible. Pas toujours facile, même si le couple est solide, de toujours trouver le ton juste pour communiquer dans des moments de stress, de fatigue, de tensions avec les enfants… Et pourtant, c’est un passage obligatoire si l’on souhaite que le voyage s’inscrive dans le temps. Nous ne devons pas nous reposer sur nos acquis, au contraire, nous devons faire preuve encore plus de bienveillance, d’écoute et de respect les uns envers les autres. Et avec les enfants, cela est d’autant plus essentiel, car ils sont encore en pleine construction, ils ne parviennent pas toujours à exprimer leurs émotions et eux aussi ont besoin de leur espace de liberté pour pouvoir se construire. Il faut donc trouver les mots juste, ne jamais réagir à chaud ou dans l’émotion… Ok, toujours plus facile à dire qu’à faire.

Surmonter ses doutes...

Nous insistons souvent dessus. Dans tout nouveau projet, il y a toujours une phase de doutes. Pourquoi nous sommes-nous lancés dans une telle aventure? Est-ce que nous allons y arriver?… Les questionnements sont nombreux et logiques. Les remises en question aussi! Mais si une telle aventure était facile, ça se saurait. Tout le monde se jetterait dedans à pieds joints sans réfléchir. Donc oui, il y a de nombreuses difficultés inhérentes à un tel projet de changement de vie, avec des événements qui viennent nous challenger chaque jour et nous questionner sur nos choix. Mais l’essentiel est de rester persuadés que nous avons fait le bon choix. L’essentiel est de bien se rappeler à chaque fois qu’un petit démon vient nous chatouiller derrière la tête, pourquoi nous avons entrepris le voyage et le sens que nous avons souhaité lui donner. Il est inutile de refaire l’histoire, de ressasser le passé, il vaut bien mieux regarder devant soi en se disant qu’il y a toujours une solution à un problème ou à une difficulté. Et la vie est plutôt bien faite pour ça. Pour nous, après un an de voyage, semaine après semaine, la sérénité s’installe un peu plus à bord et au sein de la famille. Nous savons qu’après cette phase de doutes viendra l’étape de la transformation qui prendra le dessus et nous fera dire dans quelques années que nous aurions eu tort de ne pas nous lancer dans une telle aventure tellement nous avons appris sur nous, sur les autres et sur le monde.

Un équilibre encore difficile à trouver

Dans ce style de vie, le temps est un allié pour parvenir à retrouver un équilibre et une harmonie familiale. Si nous acceptons que les choses ne vont pas toutes se mettre en place immédiatement comme nous le souhaitons ou comme nous l’avons imaginé, alors nous n’irons pas au devant de désillusions. Il ne sert à rien de nourrir des frustrations face à des événements ou des situations que nous ne pouvons pas toujours maîtriser. Les changements sont tellement complexes et radicaux qu’il faut accepter que toutes les pièces du puzzle ne se placent pas d’un seul coup. Et nous ne sommes jamais assez préparés à nous lancer dans une telle aventure. Sauf qu’à un moment, il faut y aller, il faut sauter le pas! Beaucoup de choses nous challengent au quotidien, entre nos métiers, l’école des enfants, sortir faire ses courses quand tu n’as pas de voiture et que le supermarché est à 2km, gérer l’administratif, les connexions Internet, les communications, les pannes du bateau… Il faut parvenir à lâcher prise sur tout ce que l’on connaît dans nos vies « classiques » pour laisser les choses se placer les unes après les autres. C’est finalement un jeu de patience, de persévérance. Mais il y a toujours la récompense au bout du chemin: la satisfaction de voir à quel point nous nous habituons et nous parvenons à adapter notre quotidien et nos journées à une vie non routinière. Nous avons encore beaucoup de choses à parvenir à caler, à équilibrer, mais nous savons que nous sommes sur la bonne voie. Nous pouvons constater toujours un peu plus de sérénité et progressivement, nos rythmes de vie deviennent plus paisibles et naturels.

L’importance de faire une coupure

Même après « seulement » un an de voyage, nous apprenons au travers de l’expérience des autres mais aussi de notre propre situation, à quel point il est important de s’accorder une coupure régulièrement, en dehors du bateau. En observant de nombreux navigateurs au long-cours, tous s’accordent un temps de pause, ne serait-ce que quelques semaines, pour souffler et retrouver le confort d’une vie un peu plus normale. Cette parenthèse est l’occasion de visiter la famille, de préparer la suite de son voyage, de profiter de choses qui paraissent anodines à terre mais qui le sont beaucoup moins lorsque l’on vit sur l’eau toute l’année. 

Pour nous, Septembre a été un mois difficile, dans un environnement que pourtant beaucoup de monde aurait envié. Alors que nous étions à Lanzarote, Lynne avait besoin de se retrouver un peu. Nous passions nos journées au mouillage, la tête dans le travail sans pouvoir vraiment aller visiter l’île par manque de voitures de location, et sans savoir non plus ce que nous allions faire dans les mois qui allaient suivre. Nous avions prévu d’abord de descendre vers le Cap-Vert pour remettre les enfants à l’école jusqu’à Noël. Malheureusement, nous avons dû reconsidérer la question pour pouvoir faire quelques réparations sur le bateau mais aussi parce que nous ne pouvions tout simplement pas payer pour les coûts de scolarité dans une école privée, tout aussi séduisante soit elle. Lynne a pris un coup au moral, même si nous avons accueilli nos premiers invités à bord pour de courts séjours qui sont apparus comme des bouffées d’air frais. 

Elle a donc profité de l’un de mes déplacements professionnels aux Comores pour rentrer à Bordeaux avec les enfants. Une occasion pour revoir les amis, retrouver du soutien et se refaire une petite santé au plan moral. Dans l’avenir, nous n’hésiterons pas à nous accorder ces parenthèses dès que nous le pourrons. Cela aussi participera à l’harmonie familiale, même si ça nous a fait bizarre de nous séparer après plus de 18 mois passés 24h/24 ensemble.

Bilan après un an de voyage en voilier
Bilan après un an de voyage en voilier
Bilan après un an de voyage en voilier
Bilan après un an de voyage en voilier
Le plaisir simple des rencontres et des soirées au mouillage

Beaucoup pensent que vivre sur un voilier est synonyme d’isolement. Il arrive parfois que l’on nous pose une question du type « mais vous n’avez pas peur que vos enfants soient complètement désociabilisés ou ne sachent plus s’adapter au monde normal? ». C’est très mal connaître la vie en bateau et ses réalités. Même si certaines rencontres sont éphémères, il peut ne pas se passer un soir où nous ne sommes pas invités -ou que nous invitons- par des plaisanciers voisins de mouillage ou de ponton. Et les enfants sont les premiers à sauter du bateau pour aller à la rencontre d’autres enfants, quelles que soient leurs nationalités. C’est ça le pouvoir du voyage, des rencontres spontanées, sans prêter attention aux différences et barrières du langage. Alors si un jour vous partez naviguer, pensez à toujours avoir quelque chose de prêt pour un apéro dinatoire qui garantira de bons moments de convivialité, de partage et de bonne humeur! Nous, au bout d’un an, nous avons arrêté de compter le nombre de fois que nous avons accueilli ou que nous nous sommes déplacés dans un autre cockpit. Et à chaque fois, c’est toujours un plaisir de recommencer!

La frustration de ne pas être complètement immergés dans la culture locale

La faute au COVID? Certainement un peu… Nous avons entrepris cette aventure pour aller à la rencontre des gens et découvrir de nouvelles cultures. Nous avons adoré la grande majorité des lieux que nous avons visités. Mais il nous manque encore une immersion plus marquée dans la culture locale. Or beaucoup d’événements ont été annulés, les gens étaient certainement plus frileux à ouvrir leurs portes, avec en plus la pression de mesures et restrictions sanitaires dissuasives. Plus nous allons avancer dans l’aventure et le voyage, plus nous rechercherons à créer du lien avec les locaux. Certainement que l’arrivée au Cap-Vert marquera un tournant à cet égard.

Le voilier: le moyen de transport le plus cher pour voyager gratuitement

Êtes-vous familier avec l’expression « la liberté a un prix »? Si ce n’est pas encore le cas, venez vite nous rejoindre, vous verrez que la vie en bateau l’illustre parfaitement bien!! C’est fou ce que la moindre petite pièce peut coûter… Et comme notre voilier est notre maison, nous l’entretenons de la meilleure façon qu’il soit pour qu’il puisse nous amener le plus loin possible et le plus longtemps possible. Il y a toujours quelque chose à réparer, à bricoler, à rénover… Et si jamais vous avez l’impression que tout marche super bien, savourez le moment mais ne vous réjouissez pas trop vite car ça ne devrait pas durer trop longtemps! Cette année n’a pas été simple économiquement pour nous. Nous avons du jongler avec une baisse de revenus liée au COVID, quelques coûts imprévus d’entretien, les frais fixes de la vie en bateau. Mais au final, nous parvenons quand même à équilibrer tant bien que mal le budget, au prix d’efforts et de quelques moments de stress. Pour toutes celles et ceux qui aspirent à prendre la mer, il faut environ tabler entre 10 et 15% de la valeur du bateau pour les frais d’entretien et de fonctionnement.

Les bases d’un nouveau projet professionnel ?

Nous l’avons évoqué à quelques reprises lors de nos Live et dans d’autres articles, mais il nous tenait à coeur de pouvoir lancer plus concrètement nos activités de coaching et d’accompagnement de futurs « aventuriers ». Le parcours de réflexion et de construction a été un peu laborieux, Lynne et moi ayant eu des idées un peu différentes tout en étant complémentaires. L’enjeu était donc de trouver le bon équilibre là encore, tout en prenant confiance progressivement dans les services que nous voulions mettre sur pied. Et nous sommes heureux de constater que cela prend forme, même si beaucoup reste à faire. Nos séjours en immersion prennent forme avec déjà des réservations pour la Martinique. Nous avons également commencé à accompagner des familles à distance dans leurs projets de voyage. 2022 devrait nous permettre de poursuivre sur cette lancée pour notre plus grand plaisir. D’ailleurs, si vous connaissez autour de vous des familles qui rêvent de s’évader de leur quotidien et qui aspirent à un mode de vie différent, encouragez-les dans leur projet et passez leur le mot qu’une super famille franco-canadienne se tient prête à les accueillir pour pouvoir les guider dans leur cheminement et leur montrer la réalité de la vie en voilier!

Nous vous souhaitons une très bonne année 2022 et que vos rêves puissent devenir une réalité!

Un an de voyage

Lancés dans notre nouvelle vie

Lancés dans notre nouvelle vie

Voila un peu plus d’un mois que nous avons quitté Canet et que nous sommes réellement lancés dans notre nouvelle vie. Si notre mésaventure lors de notre première traversée avortée s’est soldée par plus de 3 semaines passées au port de Palamós, nous avons fait ensuite une étape de 4 jours à Blanes, une étape de 2 jours à Barcelone et nous voilà à présent aux Baléares, à Alcudia

Voici le récit de notre dernier mois...

Évaluer les dégâts 

Il faut bien l’avouer, avoir navigué pendant plus de 24h avec 90m de chaîne et une ancre de 30 kgs au fond de l’eau a soulevé quelques inquiétudes sur l’état du bateau. Au-delà des avaries visibles comme le génois déchiré, il était nécessaire d’inspecter la coque et toutes les parties immergées du bateau. J’ai donc enfilé ma combinaison, mes palmes et me voilà en ce 5 janvier de nouveau dans l’eau coincé entre 2 coques dans une eau à 13 degrés pour essayer de détecter le moindre petit problème. Heureusement l’eau est limpide ce qui donne une excellente visibilité. Et par chance, à part quelques coups sur le gelcoat au-dessus de la ligne de flottaison, un peu de peinture antifouling qui s’est enlevée sur les parties renforcées du tunnel du propulseur d’étrave, je ne vois rien. Il est vrai que sans bouteille de plongée et quelques kilos de plomb, j’ai un peu de mal à descendre en apnée comme dans le Grand Bleu, mais je suis à peu près sûr de moi quand à la qualité de l’inspection. Nous nous en sortons bien dans notre malheur et c’est la preuve que le bateau est vraiment marin.

Gérer les finances

Néanmoins, s’il n’y a pas de dégâts sous le bateau, il n’en ai pas de même sur notre porte monnaie... Notre mésaventure vient impacter l’équilibre de nos finances à court terme et nous savons que nous devrons être vigilants dans les semaines qui suivent pour ne pas nous mettre dans le rouge. Nous nous mettons à la recherche d’un génois de rechange. Nous avions plutôt prévu l’achat de voiles neuves pour l’automne 2021. Alors pour cette fois, ce sera un génois d’occasion. Après avoir parcouru quelques petites annonces, nous en trouvons un dont les dimensions sont à peu de choses près similaires au nôtre et pour un prix de 300€. Transport compris, la note s’élève à 500€. Nous ne pouvons pas voir la voile, mais elle est vendue par un professionnel, il y a donc des chances pour qu’elle soit quand même dans un état correct. Nous ne laissons donc pas passer l’occasion. La voile arrivera finalement deux semaines plus tard après quelques quiproquos entre le vendeur et l’agence de livraison. Nous en sommes quitte pour une facture d’un mois de port à 1.000€...

Nous en profitons également pour recommander un boîtier électronique pour notre moteur HB d’annexe qui lui, avec ou sans tempête, ne fonctionne toujours pas. Il va bien falloir que l’on parvienne à le faire fonctionner si on veut passer du temps dans les mouillages. Nous le recevons 3 jours avant notre départ de Palamós avec un excellent service de la société CNautique France.

Ambiance COVID...

Les débuts dans notre nouvelle vie sont aussi marqués par l’adoption de nouvelles habitudes. Découvrir de nouveaux lieux, c’est pouvoir identifier rapidement les points de ravitaillement en nourriture, les aires de jeux pour les enfants, les lieux à visiter. Et sans voiture à disposition, pas toujours évident. Tout prend un peu plus de temps mais le bon côté des choses, c’est que ça nous fait marcher beaucoup plus qu’avant. Ce qui nous marque le plus, c’est l’atmosphère étrange qui règne à chaque escale dans cette période de forte épidémie. Déambuler dans des rues presque désertes avec de nombreux commerces fermés donne souvent l’impression de villes fantômes. Même Barcelone a pris un tout autre visage sans les animations de la Rambla, la foule qui déambule dans les rues. On ressent réellement le poids de cette période compliquée, et nous ne pouvons nous empêcher de penser à toutes les personnes qui souffrent économiquement avec toutes les conséquences que cela engendre sur l’avenir mais aussi sur la santé mentale.

Un sentiment encore plus fort d’être privilégiés

Quand à nous, nous sommes pris entre deux ressentis. Celui de privilégiés d’abord, en étant en mesure de voyager et d’échapper à la plupart des restrictions mises en place par le gouvernement espagnol et les provinces autonomes. Alors que la Catalogne est confinée par ville, nous sommes autorisés à nous déplacer en bateau sans que rien ne nous soit demandé. Nous sommes toujours accueillis chaleureusement par les ports. Même le passage vers les Baléares n’a posé aucun problème. Alors que nous avions prévu de faire un test PCR (et même payé 400€ pour un rendez-vous pour nous 4 à Barcelone), nous avons appris qu’en ayant séjourné dans des ports espagnols précédemment, nous n’avions pas besoin de test. Tant mieux pour nous, même si on lutte maintenant pour nous faire rembourser... 

L’autre sentiment en étant lancés dans cette nouvelle vie, c’est celui de culpabilité. Alors que les gens sont cloués chez eux, nous profitons d’une liberté qui nous permet de bouger, de nous évader et finalement de moins subir les effets de la crise, de mener une vie presque normale au quotidien. Mais nous nous sommes aussi créés cette nouvelle vie au prix de sacrifices et d’efforts, nous pouvons aussi la savourer.

Impliquer les enfants

Et comment se passe la vie à bord avec les enfants 24/24h avec nous? C’est l’un de nos gros défis du moment... globalement ils sont très coopératifs et c’est agréable de voir leur complicité s’installer au fil des jours. Mais il y a quand même quelques points qui sont sources de tensions. Nous essayons de les sortir des tablettes qui leur servent à la fois d’outil d’apprentissage, mais pas que... l’équilibre entre notre travail, l’éducation, l’école, l’entretien du bateau, les déplacements, les loisirs n’est pas encore totalement calé. Ils demandent beaucoup d’attention, sont intéressés par plein de choses mais jouent aussi parfois avec nos nerfs... À leur âge ils ont besoin de contacts avec d’autres enfants et les aires de jeux  font partie de nos premières recherches lorsque l’on arrive quelque part. Pas plus tard qu’hier, ils ont fait la connaissance d’une petite fille allemande de 8 ans (qui parlent 5 langues!! rien que ça...) et de deux garçons russes de 7 et 9 ans qui vivent également sur leur bateau. Une belle rencontre malgré la barrière de la langue qui sera à notre avis vite surmontée! C’est aussi ça que nous recherchons, les rencontres et le partage de cultures. Mais il est important de leur forcer un peu la main pour sortir du bateau, vaincre leur timidité et aller à la rencontre des autres.

Nos prochaines étapes...

Avec notre arrivée aux Baléares, nous nous sentons pleinement lancés dans notre nouvelle vie. La traversée depuis le continent était importante pour retrouver le plaisir de naviguer et la confiance dans le bateau. Lynne souhaitait reprendre progressivement avec de petites étapes depuis Palamós avant de reprendre une plus longue navigation. Maintenant que nous sommes ici, nous allons y rester plusieurs semaines. Il y a beaucoup d’endroits à découvrir à commencer par la côte Est de Majorque que nous ne connaissons pas. Nous longerons la côte à la découverte d’endroits improbables et nous l’espérons, à la rencontre d’autres familles. Nous essaierons ensuite de descendre un peu plus vers Ibiza et Formentera, deux îles qu’il nous reste à découvrir.

Il ne vous reste plus qu’à nous rejoindre si le cœur vous en dit et si la situation le permet! Vous serez toujours les bienvenus à bord!