On traverse l’Atlantique, direction les Antilles! (Partie 1/2)

Traversée de l'Atlantique

On part pour une traversée de l’Atlantique, direction les Antilles! Vous y croyez vous? Nous, on a encore du mal à réaliser… on va traverser un océan à la seule force du vent, et braver les éléments sur notre maison flottante. Il y a encore quelques semaines nous hésitions à nous engager dans un tel périple. Parce que quand on y pense, même si pour beaucoup de marins expérimentés, l’expérience paraît banale, il s’agit bien de passer environ 3 semaines sur l’eau au milieu de l’Atlantique sur une coque en plastique qui ne représente pas grand chose au milieu de cette immensité…

Pour nous lancer malgré nos hésitations (c’est quand même une grande inconnue pour nous!), il y a eu un premier déclic après notre soirée passée avec Sophie de RyanandSophie Sailing. Elle a fini par nous rassurer sur le fait que nous étions suffisamment équipés pour partir. Jusque-là, l’état de notre génois déjà réparé ne nous rendait pas vraiment optimistes. Mais au final, avec 4 voiles d’avant (2 génois, une trinquette et un spi), on a fini par être convaincus de partir. Mais avant ça, nous sommes passés par quelques préalables.

Équipage et révisions...

D’abord sortir le bateau de l’eau pour lui faire une bonne révision. Notre escale à Las Palmas de Gran Canaria a été parfaite pour cela. Safran, guindeau, spi, teck, antifouling, vérification du gréement, nous n’avons pas ménagé nos efforts juste avant Noël pour nous assurer que le bateau était au top de sa forme pour nous porter vers l’Ouest! Ensuite, il nous fallait constituer notre équipage. Nous avions recruté Léa, une jeune française avec qui nous avions eu un contact en visio-conférence après qu’elle ait posté une annonce sur les groupes spécialisés dans les bourses aux équipiers. Pour nous, Léa avait le profil parfait, avec comme inconnue l’acclimatation à l’univers marin et au mal de mer. Sans connaissance de la voile, son but était de traverser de préférence avec une famille. Une excellente chose puisque nous voulions que quelqu’un puisse occuper les enfants pendant les journées de navigation. Très rapidement, elle se montrera non seulement très dévouée vis à vis de Mathieu et Océane, mais en plus de ça, passionnée par la navigation, l’envie d’apprendre et de comprendre. Elle se révèlera être une super barreuse, même dans les conditions un peu plus musclées. 

Avec Léa, notre équipage semblait complet, jusqu’au jour où Lynne m’informe lorsque nous étions à Las Palmas, que deux heures plus tard, 2 garçons, Antonin et Corentin, allaient venir nous voir pour discuter de leur projet de traversée. Tous les deux viennent de se lancer dans un tour du monde en stop. Ils travaillent avec des écoles primaires, ne connaissent pas la voile non plus. Mais leur projet est super et s’inscrit bien dans la philosophie que l’on aime, avec l’implication des enfants. Du coup ça « matche » vraiment bien et deux jours plus tard, ils s’installent à bord. Ils sont bien complémentaires pour la gestion du bateau et d’une gentillesse incroyable. Leur présence ne sera pas de trop pour les travaux sur le bateau. Et franchement, les écouter s’extasier à chaque instant fait vraiment plaisir. Leur mot clé, c'est "Incroyable"! Au moins, ils savent apprécier la vie et savent aussi pourquoi ils sont là!

Traversée de l'Atlantique

Le pré-départ et Covid

Océane voulait absolument passer Noël hors navigation. Certainement par crainte que le Père Noël ne la trouve pas!… c’est donc au mouillage de Las Palmas que nous célébrons simplement cette journée spéciale, par 24 degrés. Puis faute de bonne fenêtre météo pour descendre au Cap-Vert, nous prenons la décision de nous rendre à Tenerife pour quelques jours. Cela permettra à tout l’équipage de s’amariner. Nous faisons une courte navigation de nuit et nous installons à la Marina de Santa Cruz. Là, nous y retrouvons nos amis de World Towning et de Kokopelli qui étaient nos voisins de ponton à Canet! Décidément ce monde est petit, et nous sommes ravis de retrouver Alain et Lydia. Nous faisons aussi la connaissance d’une famille Belge avec qui Mathieu et Océane ne cessent de jouer. Jusqu’à ce que… à la veille de partir pour le Cap-Vert, nous sommes tous testés positifs au COVID. Désillusion pour tout le monde, nous qui pensions passer le Nouvel An en mer, nous allons devoir rester isolés sur le bateau pendant 7 jours… heureusement à part une légère fatigue, nous n’avons que très peu de symptômes. Mais on doit bien avouer que l’impatience commence à nous guetter, même si fondamentalement, rien ne nous presse à partir…

On prend le large!

Le bon côté du Covid, c’est qu’une fois la période d’isolement passée et dans l’attente de la fenêtre météo, nous pouvons refaire quelques réserves. Et avec Lynne, nous en profitons pour faire une dernière petite escapade sur le Teide, le plus haut sommet d’Espagne perché à 3.700m d’altitude.

Enfin, c’est le grand moment! Nos tests antigéniques négatifs, l’excitation se fait grandement sentir parmi l’équipage. Nous larguons les amarres à 9:00 de Santa Cruz et nous faisons un stop rapide quelques milles plus au sud pour faire le plein de carburant. Nous reprenons ensuite notre route au moteur à cause d’un vent défavorable, jusqu’au moment où il s’établit à 15 noeuds travers, le temps idéal pour dérouler le génois. Et là, grosse désillusion, l’enrouleur électrique ne fonctionne pas… je passe au moins 3 heures à essayer de trouver la solution, mais sans succès. Nous devons faire une escale technique au sud de Tenerife pour trouver la solution à cette énigme que j’ai bien l’intention de résoudre en moins de 24h. Une chose est certaine, le problème est électrique. Alors une fois amarrés à la marina San Miguel, qu’il fasse déjà nuit ou pas, je m’empresse de démonter le boîtier de commande pour inspection. Bingo! L’interrupteur est complètement oxydé et les fils électriques ne sont pas dans le meilleur des états. Du coup, à la première heure le lendemain matin, je suis à fond pour aller trouver un nouvel interrupteur. C’était sans compter sur mes yeux qui se fixent sur le nom du bateau voisin: « last chance »… serait-ce un signe du destin? Ça passe ou ça casse? Je trouve finalement mon graal en moins d’une heure. Retour au bateau, changement de l’interrupteur, reprise des fils électriques, je teste, ça fonctionne! Je peux refermer tout ça et nous pouvons prendre le large! Cette fois-ci c’est la bonne!

Traversée de l'Atlantique

6 jours exceptionnels

Toujours difficile de décrire les instants d’émotions que l’on peut ressentir quand on vit une expérience aussi particulière que celle de partir en mer pour traverser un océan. De toutes les navigations que nous avons fait depuis 2 ans, celle-ci est de loin la plus remarquable que nous ayons pu avoir, et de loin la plus agréable. Si nous sommes forcés de faire un arrêt technique pour une nuit au Sud de Tenerife pour un problème électrique sur l’enrouleur de génois, nous reprenons la mer dès le lendemain dans des conditions idéales, avec 15 noeuds travers. Nous sommes accompagnés d’un catamaran américain qui a quitté la marina de San Miguel au même moment que nous. Nous naviguerons pendant 48h bord à bord, avec des contacts VHF réguliers. Rapidement, les dauphins viennent nous rendre visite. Nous en avons tous les jours. La nuit, ils dessinent un sillage dans le plancton fluorescent, déboulant de l’arrière du bateau à l’étrave comme des torpilles! Le spectacle est fascinant. Le bateau marche bien à une moyenne soutenue de 7 noeuds et nous parcourons 320 milles en 48h. Les conditions de la deuxième nuit sont même un peu musclées avec des rafales à 32 noeuds et un vent moyen de 26-27 noeuds. Mais le bateau même un peu trop toilé passe bien les vagues. Je décide de soulager le pilote en prenant la barre plusieurs heures, relayé ensuite par nos équipiers de choc, Léa, Antonin et Corentin.

Traversée de l'Atlantique

A partir du troisième jour, le jeu consiste à essayer d’échapper au mieux au centre de l’anticyclone. Mais il avance plus vite que nous. Nous envoyons le spi pour la première fois depuis que nous avons le bateau et en profitons pour prendre des images de drone. Les dauphins viennent jouer par dizaine autour du bateau. Et ils s’en donnent à cœur joie, les plus jeunes sautant à des hauteurs impressionnantes. C’est la fête à bord! Tout le monde admire et savoure le moment. Deux tortues passent tranquillement à deux mètres de la coque, on ne sait plus où donner de la tête.

Traversée de l'Atlantique

Le lendemain, nous renvoyons le spi pour quelques heures puis le vent faibli vraiment. C’est l’heure et les conditions parfaites pour une baignade par 4.000m de fond. La température de l’eau n’est pas loin des 28 degrés. Léa surmonte ses peurs des grands fonds, Antonin et Corentin enchaînent les sauts depuis le bateau et Océane suit le mouvement. Puis nous repartons au moteur pour les 48 prochaines heures. On se passerait bien du grondement de notre ami "Perkins", mais c’est le seul moyen d’avancer. Et dans ces conditions, nous apercevons à quelques centaines de mètres de nous, plusieurs baleines en surface. Je décide de dévier notre route pour nous en rapprocher doucement, sans les perturber. Et là, le spectacle est magique. Nous passons 1h30 à les observer. L’une d’entre elles sortira la tête à tout juste 10 mètres du bateau. Impressionnant et majestueux de voir ces énormes mammifères si près de nous.

Et c’est finalement à l’aube du sixième jour que nous apercevons la terre se dessiner à l’horizon. Les îles de Santo Antao, São Vicente et São Nicolau apparaissent à quelques milles encore du bateau. Nous profitons d’un peu plus d’air pour terminer notre traversée sous voiles. Nous arrivons dans la baie de Mindelo après tout juste 6 jours de navigation. Nous avons parcouru 840 milles nautiques sans aucun dommage et avec un super équipage dont la complicité continue à se construire chaque jour un peu plus. Nul doute que ces moments resteront gravés dans la tête de chacun pour encore de longues années.

Nous allons maintenant profiter de ce que le Cap-Vert a à nous offrir. C’est la première fois depuis notre départ que nous sommes réellement dépaysés et que les enfants vont pouvoir vraiment commencer à se rendre compte de la chance qu’ils ont de faire ce voyage. 

Pour retrouver les images de notre traversée, ne manquer cette vidéo réalisée par notre équipier Antonin. Un régal!

Bilan après un an de voyage en voilier!

Bilan après un an de voyage en voilier

« L’important n’est pas la destination mais le voyage ». 

Après un an de voyage en voilier, cette devise  résume bien notre parcours depuis notre départ de Canet-en-Roussillon. Si on regarde le nombre de Miles Nautiques parcourus, nous sommes encore loin des navigateurs de course au large engagés dans le Vendée Globe. Mais peu importe, car dans notre aventure, nous nous sommes donné le privilège du temps, pour que chacun apprenne et se sente bien. Voici donc un premier bilan de nos 12 mois bien éloignés des réalités de la vie à terre… Et si vous en doutiez encore, nous n'avons aucune intention de nous arrêter là pour l'instant!... 😉

Le meilleur plan, c’est pas de plan!

Dès notre première traversée, nous avons vite compris qu’il ne servait à rien de vouloir se tenir à un plan précis. Vous vous souvenez forcément de nos péripéties après avoir essuyé cette première tempête en Méditerranée qui, au lieu de nous porter vers les Baléares, nous a finalement fait atterrir sur la Costa Brava. Le ton était donné… Et pour nous, ce fût un mal pour un bien. Cela nous a bien fait comprendre que dans cet environnement marin, ce n’est pas toi qui décide, mais plutôt les éléments. Nous le savions avant de partir, mais il valait mieux que mère nature nous envoie une dernière piqûre de rappel! Et nous en avons fait notre philosophie, en écartant les courses contre la montre, quelles que soient les circonstances. Nous avons appris qu’il faut être prêt à tout, que chaque navigation se mérite et que même dans des conditions calmes, le danger et les montées d’adrénaline ne sont jamais très loin, en mer comme au mouillage. Nous devons veiller sur notre équipage, sur notre bateau mais aussi sur les autres. Et que dire des conditions météo dont les prévisions nous engagent dans des échanges passionnés afin de trouver les meilleures fenêtres de navigation. Sans oublier le COVID qui oblige à intégrer des paramètres supplémentaires et qui en cette nouvelle année, bloque pour quelques jours notre descente vers le Cap-Vert, l’ensemble de l’équipage ayant été testé positif… 

Apprendre à mieux communiquer

Après un an de voyage, nous avons dû aussi apprendre à cohabiter pleinement, sans échappatoire possible. Pas toujours facile, même si le couple est solide, de toujours trouver le ton juste pour communiquer dans des moments de stress, de fatigue, de tensions avec les enfants… Et pourtant, c’est un passage obligatoire si l’on souhaite que le voyage s’inscrive dans le temps. Nous ne devons pas nous reposer sur nos acquis, au contraire, nous devons faire preuve encore plus de bienveillance, d’écoute et de respect les uns envers les autres. Et avec les enfants, cela est d’autant plus essentiel, car ils sont encore en pleine construction, ils ne parviennent pas toujours à exprimer leurs émotions et eux aussi ont besoin de leur espace de liberté pour pouvoir se construire. Il faut donc trouver les mots juste, ne jamais réagir à chaud ou dans l’émotion… Ok, toujours plus facile à dire qu’à faire.

Surmonter ses doutes...

Nous insistons souvent dessus. Dans tout nouveau projet, il y a toujours une phase de doutes. Pourquoi nous sommes-nous lancés dans une telle aventure? Est-ce que nous allons y arriver?… Les questionnements sont nombreux et logiques. Les remises en question aussi! Mais si une telle aventure était facile, ça se saurait. Tout le monde se jetterait dedans à pieds joints sans réfléchir. Donc oui, il y a de nombreuses difficultés inhérentes à un tel projet de changement de vie, avec des événements qui viennent nous challenger chaque jour et nous questionner sur nos choix. Mais l’essentiel est de rester persuadés que nous avons fait le bon choix. L’essentiel est de bien se rappeler à chaque fois qu’un petit démon vient nous chatouiller derrière la tête, pourquoi nous avons entrepris le voyage et le sens que nous avons souhaité lui donner. Il est inutile de refaire l’histoire, de ressasser le passé, il vaut bien mieux regarder devant soi en se disant qu’il y a toujours une solution à un problème ou à une difficulté. Et la vie est plutôt bien faite pour ça. Pour nous, après un an de voyage, semaine après semaine, la sérénité s’installe un peu plus à bord et au sein de la famille. Nous savons qu’après cette phase de doutes viendra l’étape de la transformation qui prendra le dessus et nous fera dire dans quelques années que nous aurions eu tort de ne pas nous lancer dans une telle aventure tellement nous avons appris sur nous, sur les autres et sur le monde.

Un équilibre encore difficile à trouver

Dans ce style de vie, le temps est un allié pour parvenir à retrouver un équilibre et une harmonie familiale. Si nous acceptons que les choses ne vont pas toutes se mettre en place immédiatement comme nous le souhaitons ou comme nous l’avons imaginé, alors nous n’irons pas au devant de désillusions. Il ne sert à rien de nourrir des frustrations face à des événements ou des situations que nous ne pouvons pas toujours maîtriser. Les changements sont tellement complexes et radicaux qu’il faut accepter que toutes les pièces du puzzle ne se placent pas d’un seul coup. Et nous ne sommes jamais assez préparés à nous lancer dans une telle aventure. Sauf qu’à un moment, il faut y aller, il faut sauter le pas! Beaucoup de choses nous challengent au quotidien, entre nos métiers, l’école des enfants, sortir faire ses courses quand tu n’as pas de voiture et que le supermarché est à 2km, gérer l’administratif, les connexions Internet, les communications, les pannes du bateau… Il faut parvenir à lâcher prise sur tout ce que l’on connaît dans nos vies « classiques » pour laisser les choses se placer les unes après les autres. C’est finalement un jeu de patience, de persévérance. Mais il y a toujours la récompense au bout du chemin: la satisfaction de voir à quel point nous nous habituons et nous parvenons à adapter notre quotidien et nos journées à une vie non routinière. Nous avons encore beaucoup de choses à parvenir à caler, à équilibrer, mais nous savons que nous sommes sur la bonne voie. Nous pouvons constater toujours un peu plus de sérénité et progressivement, nos rythmes de vie deviennent plus paisibles et naturels.

L’importance de faire une coupure

Même après « seulement » un an de voyage, nous apprenons au travers de l’expérience des autres mais aussi de notre propre situation, à quel point il est important de s’accorder une coupure régulièrement, en dehors du bateau. En observant de nombreux navigateurs au long-cours, tous s’accordent un temps de pause, ne serait-ce que quelques semaines, pour souffler et retrouver le confort d’une vie un peu plus normale. Cette parenthèse est l’occasion de visiter la famille, de préparer la suite de son voyage, de profiter de choses qui paraissent anodines à terre mais qui le sont beaucoup moins lorsque l’on vit sur l’eau toute l’année. 

Pour nous, Septembre a été un mois difficile, dans un environnement que pourtant beaucoup de monde aurait envié. Alors que nous étions à Lanzarote, Lynne avait besoin de se retrouver un peu. Nous passions nos journées au mouillage, la tête dans le travail sans pouvoir vraiment aller visiter l’île par manque de voitures de location, et sans savoir non plus ce que nous allions faire dans les mois qui allaient suivre. Nous avions prévu d’abord de descendre vers le Cap-Vert pour remettre les enfants à l’école jusqu’à Noël. Malheureusement, nous avons dû reconsidérer la question pour pouvoir faire quelques réparations sur le bateau mais aussi parce que nous ne pouvions tout simplement pas payer pour les coûts de scolarité dans une école privée, tout aussi séduisante soit elle. Lynne a pris un coup au moral, même si nous avons accueilli nos premiers invités à bord pour de courts séjours qui sont apparus comme des bouffées d’air frais. 

Elle a donc profité de l’un de mes déplacements professionnels aux Comores pour rentrer à Bordeaux avec les enfants. Une occasion pour revoir les amis, retrouver du soutien et se refaire une petite santé au plan moral. Dans l’avenir, nous n’hésiterons pas à nous accorder ces parenthèses dès que nous le pourrons. Cela aussi participera à l’harmonie familiale, même si ça nous a fait bizarre de nous séparer après plus de 18 mois passés 24h/24 ensemble.

Bilan après un an de voyage en voilier
Bilan après un an de voyage en voilier
Bilan après un an de voyage en voilier
Bilan après un an de voyage en voilier
Le plaisir simple des rencontres et des soirées au mouillage

Beaucoup pensent que vivre sur un voilier est synonyme d’isolement. Il arrive parfois que l’on nous pose une question du type « mais vous n’avez pas peur que vos enfants soient complètement désociabilisés ou ne sachent plus s’adapter au monde normal? ». C’est très mal connaître la vie en bateau et ses réalités. Même si certaines rencontres sont éphémères, il peut ne pas se passer un soir où nous ne sommes pas invités -ou que nous invitons- par des plaisanciers voisins de mouillage ou de ponton. Et les enfants sont les premiers à sauter du bateau pour aller à la rencontre d’autres enfants, quelles que soient leurs nationalités. C’est ça le pouvoir du voyage, des rencontres spontanées, sans prêter attention aux différences et barrières du langage. Alors si un jour vous partez naviguer, pensez à toujours avoir quelque chose de prêt pour un apéro dinatoire qui garantira de bons moments de convivialité, de partage et de bonne humeur! Nous, au bout d’un an, nous avons arrêté de compter le nombre de fois que nous avons accueilli ou que nous nous sommes déplacés dans un autre cockpit. Et à chaque fois, c’est toujours un plaisir de recommencer!

La frustration de ne pas être complètement immergés dans la culture locale

La faute au COVID? Certainement un peu… Nous avons entrepris cette aventure pour aller à la rencontre des gens et découvrir de nouvelles cultures. Nous avons adoré la grande majorité des lieux que nous avons visités. Mais il nous manque encore une immersion plus marquée dans la culture locale. Or beaucoup d’événements ont été annulés, les gens étaient certainement plus frileux à ouvrir leurs portes, avec en plus la pression de mesures et restrictions sanitaires dissuasives. Plus nous allons avancer dans l’aventure et le voyage, plus nous rechercherons à créer du lien avec les locaux. Certainement que l’arrivée au Cap-Vert marquera un tournant à cet égard.

Le voilier: le moyen de transport le plus cher pour voyager gratuitement

Êtes-vous familier avec l’expression « la liberté a un prix »? Si ce n’est pas encore le cas, venez vite nous rejoindre, vous verrez que la vie en bateau l’illustre parfaitement bien!! C’est fou ce que la moindre petite pièce peut coûter… Et comme notre voilier est notre maison, nous l’entretenons de la meilleure façon qu’il soit pour qu’il puisse nous amener le plus loin possible et le plus longtemps possible. Il y a toujours quelque chose à réparer, à bricoler, à rénover… Et si jamais vous avez l’impression que tout marche super bien, savourez le moment mais ne vous réjouissez pas trop vite car ça ne devrait pas durer trop longtemps! Cette année n’a pas été simple économiquement pour nous. Nous avons du jongler avec une baisse de revenus liée au COVID, quelques coûts imprévus d’entretien, les frais fixes de la vie en bateau. Mais au final, nous parvenons quand même à équilibrer tant bien que mal le budget, au prix d’efforts et de quelques moments de stress. Pour toutes celles et ceux qui aspirent à prendre la mer, il faut environ tabler entre 10 et 15% de la valeur du bateau pour les frais d’entretien et de fonctionnement.

Les bases d’un nouveau projet professionnel ?

Nous l’avons évoqué à quelques reprises lors de nos Live et dans d’autres articles, mais il nous tenait à coeur de pouvoir lancer plus concrètement nos activités de coaching et d’accompagnement de futurs « aventuriers ». Le parcours de réflexion et de construction a été un peu laborieux, Lynne et moi ayant eu des idées un peu différentes tout en étant complémentaires. L’enjeu était donc de trouver le bon équilibre là encore, tout en prenant confiance progressivement dans les services que nous voulions mettre sur pied. Et nous sommes heureux de constater que cela prend forme, même si beaucoup reste à faire. Nos séjours en immersion prennent forme avec déjà des réservations pour la Martinique. Nous avons également commencé à accompagner des familles à distance dans leurs projets de voyage. 2022 devrait nous permettre de poursuivre sur cette lancée pour notre plus grand plaisir. D’ailleurs, si vous connaissez autour de vous des familles qui rêvent de s’évader de leur quotidien et qui aspirent à un mode de vie différent, encouragez-les dans leur projet et passez leur le mot qu’une super famille franco-canadienne se tient prête à les accueillir pour pouvoir les guider dans leur cheminement et leur montrer la réalité de la vie en voilier!

Nous vous souhaitons une très bonne année 2022 et que vos rêves puissent devenir une réalité!

Un an de voyage

Changer de vie: l’importance d’une date pour lancer son projet

L'importance d'une date

Au plus profond de chacun d’entre nous, il y a certainement l’envie ou le rêve de sortir un peu de notre quotidien, de partir à l’aventure, de changer de vie, de réaliser des choses qui nous paraissent au premier abord inaccessibles ou irréalisables.

Fini les excuses!

Bien souvent, on se trouve des excuses toutes faites pour ne pas franchir le pas et aller là où notre coeur nous pousse à aller. On se dit que l’on a le temps, que les conditions ne sont pas encore réunies, on se laisse dominer par le quotidien, le boulot, la routine… et finalement, le temps passe, on se met nos propres freins et malgré notre aspiration à découvrir autre chose, nous sommes incapables d’avancer vers ce qui pourrait être un nouvel idéal pour nous. 

Quelle date idéale ?

Lorsque l’on a un projet en tête, le plus difficile est de parvenir à franchir le pas et à se mettre réellement en action, en mouvement. Nous n’avons pas échappé à tous ces défis, réflexions et questionnements avant de nous lancer dans notre aventure en famille. Et ce qui nous a aidé, ça a été de poser une date sur le calendrier pour lancer notre projet. Après de multiples réflexions et au retour de deux semaines de navigation sur la Costa Brava à l’été 2018, Lynne qui était probablement la moins convaincue de nous deux de nous lancer dans un voyage autour du monde à la voile, a posé la question « comment fait-on pour réaliser notre projet et quand est-ce que l’on part? ». Et c’est à partir de cet instant que nous avons posé la date de juillet 2020 sur notre calendrier comme date de départ. Nous avions deux ans devant nous pour créer les conditions de la faisabilité de notre projet et de cette nouvelle vie. 

Travailler son plan d'actions...

Et c’est incroyable de constater à quel point une date nous a permis d’accélérer la cadence et de nous projeter réellement dans la planification et les étapes de préparation du projet. Impressionnant aussi à quel point cette deadline a été facteur de motivation, d’énergie positive pour avancer et surmonter tout un tas d’obstacles. Et enfin, surprenant de constater que pour nous, l’aventure avait déjà commencée, en occupant notre esprit au quotidien, en nous projetant sur ce à quoi allait ressembler notre nouvelle vie sur l’eau. Cette date n’a pas fait que nourrir notre rêve, elle a été le déclencheur d’un plan d’actions concret qui a permis de lancer la machine pour nous rapprocher chaque jour un peu plus d’un rêve qui paraissait au premier abord inaccessible. 

Et vous, quelle sera votre date?...

Alors si vous aussi vous avez un projet en tête, vous aspirez à quelque chose de nouveau, à un changement, commencez par poser une date sur votre calendrier, vous constaterez le pouvoir généré par cette démarche toute simple, et à quel point cela apporte une énergie positive et une motivation à toute épreuve.

Notre traversée à la voile vers les Îles Canaries

Notre traversée vers les Îles Canaries

La décision d'engager une traversée à la voile vers les Îles Canaries a été plutôt rapide et spontanée. Alors que nous étions encore aux Baléares il y a 2 semaines et demi, notre choix s'est orienté pour une descente progressive vers le Cap-Vert. En quelques jours, nous avons donc quitté Formentera, avons navigué 350 milles vers Malaga, avons récupéré Lisa et Emma, filé vers Gibraltar et le 3 août dernier, nous avons quitté la Méditerranée pour découvrir les longues houles de l'Atlantique. C'était une première pour nous tous. Nous partions dans l'inconnu tant au niveau de la navigation que sur la durée en mer et la distance à parcourir. Voici donc le récit de notre traversée de presque 5 jours et 690 milles nautiques.

Mardi 3 août - Jour #1

Comme bien souvent, la petite famille est à la bourre... nous avons beau être réveillés depuis 7:30, entre le petit déjeuner, le briefing d’avant départ, la douche, les discussions de pontons, le dernier point météo, l’heure tourne à vitesse grand V! Sauf que le courant du détroit de Gibraltar n’attend pas que chacun ait bien voulu se mettre en ordre de marche, en particulier le capitaine qui n’a pas pu s’empêcher de se raser et d’apprécier une bonne douche avant de passer 5 jours en mer! 

La marée est haute à 12:20. Nous quittons la marina d’Alcaidesa à 10:30, faisons une incursion en territoire anglais histoire de faire le plein de gasoil détaxé (à 80 centimes le litre ça ne se refuse pas!) et nous prenons la direction de l’ouest. La vigilance est de mise avec tous les cargos et pétroliers au mouillage ou en approche, comme celui qui nous arrive sur bâbord à faible vitesse et que nous pensions être au mouillage. Nous avons quand même droit aux 5 coups de cornes ou en d’autres termes, le capitaine du cargo est en train de pester en se demandant ce que vient faire ce voilier à quelques centaines de mètres devant lui. On passe, on passe, on s’en va pour une traversée vers les îles Canaries!!

Ah oui, j’allais oublier de préciser que les cargos ne sont pas les seuls dangers dans la zone, il y aussi les orques. Depuis presque deux ans et sans que l’on ne sache pourquoi,  certains ont pris la fâcheuse habitude de s’en prendre aux voiliers en s’attaquant à leur safran. Certains plaisanciers ont subi de gros dommages et ont été en détresse. La vigilance est donc de mise et l’équipage est briefé sur la conduite à tenir en cas de rencontre avec ces mammifères: laisser le safran libre en arrêtant le pilote, arrêter le bateau, affaler toutes les voiles et ne pas trop se pencher par dessus bord pour ne pas provoquer. Apparemment au bout d’un moment ils se lassent et s’en vont. Espérons quand même que nous éviterons ce genre d’expérience...

Nous nous engageons donc dans le détroit de Gibraltar au moteur pendant environ 1h30 avec un peu de courant contre nous, puis le vent rentre de l’Est comme annoncé et nous pouvons dérouler le génois. On progresse à 4 noeuds vers Tarifa puis rapidement un peu plus vite avec le vent qui forcit. Nous prenons 1 ris dans la grand-voile, un choix judicieux puisque plus le détroit se rétrécit à l’approche de Tarifa, plus le vent et la mer se renforcent. On progresse à plus de 6 noeuds avec une mer hachée mais nous naviguons grand largue ce qui reste encore assez confortable. La pointe symbolique de Tarifa marquant l’entrée dans l’Atlantique se rapproche et une fois doublée, on se retrouve avec 35 noeuds de vent et une mer agitée. Le bateau accélère à 7,5 noeuds voire même 8,2 noeuds, il est temps de rouler le génois et d’envoyer la trinquette. Lynne a quelques émotions en se remémorant notre première traversée vers Majorque en décembre. Sauf que les conditions ne sont pas du tout les mêmes, ici il n’est pas question de tempête. J’essaie de la rassurer sur le fait que le bateau tient très bien, qu’il se comporte parfaitement, que nous sommes bien « toilés », mais je n’ai pas l’air très convaincant sur ce coup-là... comment la convaincre que si on veut faire de la voile, il faut qu’il y ait du vent. A cet instant je lis dans son regard qu’elle se pose bien la question de savoir ce qu’elle fout là et qu’elle serait mieux allongée dans un canapé devant la télé! Pendant ce temps là, les enfants s’amusent, observent les dauphins qui se laissent surfer dans les vagues et Océane nous exécute une danse dont elle a le secret.

Pour cette première nuit en mer, nous avons fait le choix d’effectuer les quarts à 2 pour que les filles prennent leurs marques. Nous nous relaierons toutes les 3h, Lynne et Emma prenant le premier quart de 19:00 à 22:00 UTC. J’ai rentré 3 « waypoints » dans le gps en fonction des fichiers météo. Le premier pour nous écarter du rail des cargos, le second qui nous mènera sur un long bord de 400 milles vers le Sud Ouest pour éviter de nous retrouver trop près des côtes marocaines avec ses dangers (pêcheurs, filets, accélération des vents, mer plus formée avec la remontée des fonds). Le début de nuit se fait avec un vent de 20 à 25 noeuds en moyenne, sous un ris et trinquette. Puis plus tard le vent tombe à 12-15 noeuds ce qui permet de renvoyer le génois tout en gardant le ris. Lynne toujours un peu émotive et tendue, semble avoir la confirmation que le voilier est bien le moyen de transport le plus lent et le plus inconfortable pour se rendre d’un point A a un point B... je comprends son appréhension, les sensations sont tellement différentes la nuit, les bruits peuvent être déstabilisants et il faut avoir confiance dans la marche de son bateau. En l’occurrence, notre Inuksuit se comporte très bien. Contrairement à l’équipage, lui connaît l’Atlantique pour l’avoir traversé au moins deux fois.

Au cours de la nuit, les messages Navtex nous transmettent des informations qui font froid dans le dos. Tout d’abord un bateau pneumatique avec 75 personnes à bord en train de couler entre le Sahara Occidental et les Canaries. Il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’une embarcation de réfugiés. Pauvres gens... on ne peut s’empêcher d’imaginer la détresse et l’agonie des enfants, hommes et femmes pris dans ce cauchemar... Presque personne n’en parle, mais les Canaries sont en train de devenir le Lampedusa de l’Atlantique avec des chances de survie quasi nulles pour celles et ceux qui tentent la traversée. Si en Méditerranée on compte un mort pour 200 réfugiés, en Atlantique il paraît que le chiffre est de 1 pour 16! Absolument désolant... mais sur cette question là, là aussi l’équipage est briefé, sur la conduite à tenir dans le cas où nous croiserions une embarcation. D’ailleurs un second message indique la présence de bateaux à la dérive ou à la voile le long des côtes africaines vers les Canaries.

Finalement au petit matin, nous nous laissons porter par la houle travers et après 24h de navigation, nous avons parcouru 130 milles (240 kms). Apparemment des navires de guerre américains jouent au ball-trap dans la zone. Après une annonce de sécurité à la VHF, nous entendons pendant plusieurs minutes des détonations. Maintenant Lisa et moi comprenons ce qu’était cet éclair ultra lumineux au cours de la nuit... bon, mieux vaut pas rester là, ça craint un peu quand même. Manquerez plus qu’un sous-marin fasse surface devant nous!

Mercredi 4 août - Jour #2

Et c’est parti pour un tour de montagnes russes! Lisa qui voulait des sensations est servie! Le vent monte à force 6, nous avons 1 ris et 4 tours dans le génois et le bateau fait des pointes à presque 9 noeuds. Sur 6h on parcourt 40 milles puis pendant les 3h qui suivent, on marche à 8 noeuds de moyenne pour avaler 24 milles. Mathieu nous fait une indigestion de pastèque, Emma n’est pas au top mais s'avale quand même un bon sandwich mayo, Lisa doit prendre un anti mal de mer et Lynne me demande quand est-ce que la météo va changer... le jeu de l’après-midi est de garder son équilibre et de caler les coussins. Mais malgré tout le moral est bon. 

Avant le début de la nuit, on prend le deuxième ris et on met la trinquette. Bon choix! Radio Rabat annonce un avis de grand frais à coup de vent en cours le long de la côte. Pas étonnant vu ce que l’on prend au large. Nous ferons tous nos quarts depuis l’intérieur pendant la nuit. L’AIS, le radar et les autres instruments suffiront pour faire avancer le bateau qui de toute façon est bien équilibré. Et puis inutile d’aller prendre la fraîcheur dehors dans cette nuit noire, sans lune, sauf en cas de mal de mer. Malgré le bateau qui se balance d’un côté à l’autre, la trinquette qui fait vibrer le pont, j’arrive à bien dormir dans la cabine avant. Et tout le monde à l’air de bien se reposer aussi, tant mieux! Parce que c’est pas facile dans tous ces mouvements de gauche à droite, les craquements, les choses qui bougent dans les placards, les vagues qui frappent parfois contre la coque...

Quand Lynne vient me relayer sur un quart et que je la vois souffler, je partage son envie de nous retrouver dans du temps un peu plus calme. Pour bien démontrer que l’on peut être un peu maso, j’ose faire la remarque qu’en avion, les Canaries ne sont qu’à à peine 3h de vol... comme quoi, tout est une question de perspective. Mais bon, nous pourrons au moins nous satisfaire d’avoir battu notre record de nombre de milles parcourus en 24h.

Jeudi 5 août - Jour #3

On lâche les chevaux ! La matinée est nuageuse avec un vent toujours établi autour des 20 noeuds. C’est quand même vraiment agréable de pouvoir effectuer un long bord de 400 milles au grand largue sans avoir à craindre une saute de vent! Pour ça, l’Atlantique nous change de la Méditerranée et de ses humeurs! Et on ne va pas s’en plaindre. Combien de fois sur 400 milles de navigation en Méditerranée nous aurions dû changer d’amure, allumer le moteur pour ne pas nous traîner à 2 noeuds, ou encore se mettre en mode combat parce que le vent vient subitement de rentrer à 30 noeuds en plein dans le pif?... ici les seules manœuvres à effectuer sont la prise de ris pour soulager le gréement et le pilote quand le vent et la houle deviennent un peu plus forts. Autant dire que c’est plutôt grand confort, même si cet après-midi nous fait accélérer une fois le soleil retrouvé!

Sous 1 ris et quelques tours de génois, nous filons à 7,5 noeuds avec des pointes à près de 9 noeuds. Lisa s’essaie à la barre, on allume la musique et c’est ambiance discothèque dans le cockpit! Il n’y a bien qu’ici au milieu de nulle part que l’on a encore le droit d’aller en boite et de danser sans masque. Le seul appareil obligatoire à bord, c’est le gilet de sauvetage! Alors on se lâche, tout en veillant sur un pétrolier qui essaie de nous rattraper sur tribord depuis le début de la matinée. Il marche à 10,5 noeuds à 22 milles de nous. Avec nos 8 noeuds de vitesse, il a quand même du mal à revenir sur nous. Du coup quand on essaie de l’appeler à la VHF pour avoir une mise à jour météo pour la nuit, il ne nous répond même pas. Le capitaine doit être du genre susceptible. Ou alors ils sont en train de se faire un bon gueuleton. En regardant sa destination sur l’AIS, il a encore 1.500 milles à parcourir avec une arrivée prévue le 25 août... Il finira par nous doubler à 22:00.

Mais il n’empêche, je n’ai toujours pas de mise à jour météo. Il semble que les marocains ne soient pas des grands fans du navtex. Et nous sommes trop éloignés des côtes pour capter les bulletins des Canaries. Alors on se contente du bulletin côtier du Maroc qui annonce du force 7 localement 8. On s’en fout, nous sommes parés. On prend le deuxième ris, on envoie la trinquette et on continue nos surfs. Emma fait quand même remarquer que quelques vagues mesurent à peu près 3 papas. Comprenez donc environ 6 mètres de creux... c’est vrai que parfois on a un peu l’impression de voir un immeuble de 3 étages se dresser sur notre travers tribord arrière. Mais le bateau semble à l’aise, il monte descend tranquillement, accélère dans le creux et repart pour un tour. Sauf à trois reprises où les vagues viennent frapper violemment la coque, arrosant abondamment le cockpit et Lisa qui est bonne pour aller se sécher!

Sur cette troisième journée, nous parcourons 154 milles. Nous sommes bien calés sur notre horaire prévisionnel vers notre deuxième waypoint. Je ralentis quand même le bateau sur le reste de la nuit pour éviter de se mettre au tas. Une vitesse de 6,5 noeuds suffira pour maintenir la moyenne.

Vendredi 6 août - Jour #4

Journée grise avec peu de vent. Nous avançons malgré tout à un bon rythme en route vers notre waypoint. Nous l’atteignons à 14:00 avec le dilemme de rester sur la même route ou empanner. La première option va nous faire conserver notre vitesse mais allonge un peu la route. La seconde peut nous permettre d’aller plus directement vers Lanzarote mais plein vent arrière. Ne pouvant utiliser le spi, soit on se met en ciseaux en tangonnant le génois sans garantie d’aller très vite, soit on s’écarte de la route plus vers l’Est. Le ciseau ne m’enchante pas avec la houle et je préfère souvent privilégier la vitesse. Nous prenons donc l’option 1. On reste sur notre long bord au 235 jusqu’à 19:30 et nous enverrons l’empannage pour continuer à descendre plus vers notre destination finale. Avant d’empanner, nous avons quand même la courtoisie de ne pas couper la route à un pétrolier. 

Il ne se passe pas grand chose pendant ce quatrième jour en mer, si ce n’est que la bonne humeur est au rendez-vous. D’abord en découvrant le matin qu’un petit calamar est venu se loger pile dans un de nos verres posé dans le cockpit, certainement après avoir surfé sur une vague pendant la nuit. Un calamar basketteur! Franchement quelle était la probabilité qu’il atterrisse dans un gobelet d’à peine 10cm de diamètre? Trop fort. Le jeu a consisté ensuite à savoir qui allait boire le premier dans le verre!

Sinon, les filles passent en revue le répertoire des chansons acadiennes! Forcément Lynne est aux anges et ne se prive pas pour en rajouter. Il faudrait peut être que l’on fasse un enregistrement spécial « L’Acadie prend le large »!

Après les trois premières journées dans des conditions agréables mais un peu sportives, la routine s’installe à bord. Le bateau trace sa route, l’équipage s’occupe en terrasse même dans le temps couvert et brumeux. Et on commence à prévoir un peu plus précisément notre horaire d’arrivée.

Samedi 7 août - Jour #5

Finalement c’est pas mal de tenir un livre de bord et un calendrier à jour pour cette traversée vers les iles Canaries. Les journées et les nuits s’enchaînent et on perd vite la notion du temps. Ce n’est pas nous qui allons nous en plaindre et les nouvelles de la terre ne nous manquent pas particulièrement. Non ce n’est pas tout à fait vrai... nous aimerions quand même bien savoir si l’équipe de France de volley est parvenue en finale des Jeux Olympiques. Tout ce que nous savons c’est que mardi, elle venait de se qualifier pour les 1/2 finales. Depuis, plus rien... Nous aurons la surprise du résultat à notre arrivée.

Cette journée ressemble à la précédente, avec le soleil en plus. Nous essayons de faire route au plus proche vers Lanzarote, mais nous aurons encore un empannage à faire en fin d’après-midi pour, si mes calculs sont bons, rejoindre le détroit entre Lanzarote et la Graciosa. Le bateau marche à 5 noeuds de moyenne mais nous avons l’impression de nous traîner. Le bon côté des choses avec un temps plus calme, c’est qu’enfin, j’ai pu terminer le montage de notre épisode YouTube sur Minorque. Il était temps!!…

A 140-150 degrés du vent avec 15 noeuds en moyenne, la houle est assez désagréable en faisant battre la grand voile. Je lofe un peu mais je n’ai pas envie de trop allonger la route. Il ne reste que 12 milles à faire avant d’empanner quand un coup de houle fait lâcher la retenue de bôme. Plus de peur que de mal, mais l’anneau sous la bôme n’a pas tenu. C’est fou les tensions qu’il peut y avoir dans un gréement. Et l’objectif est de le préserver au maximum. A se demander si dans ce genre de situation, il n’est pas préférable d’affaler carrément la grand-voile et de n’avancer que sous génois... ou alors, investir dans un frein de bôme qui manque quand même sur le bateau pour le programme que nous avons. Et quelques minutes plus tard, je m’aperçois que la poulie qui retient le halebas a elle aussi lâché. Décidément, c’est le jour où il y a le moins de vent que l’on casse le plus de choses. Leçon à retenir pour la suite… Nous réparons rapidement la poulie avec de la garcette et le halebas rejouera son rôle parfaitement.  Aller, c’est la dernière ligne droite avant Lanzarote! Encore quelques heures et nous verrons de nouveau la terre.

Nous empannons à 19h30 et le bateau s’emballe. 7 noeuds, 7,5 noeuds, 8 noeuds, 8,5 noeuds… Enfin on refait un peu de vitesse. Mais le problème avec trop de vitesse, c’est que l’on va arriver en plein milieu de la nuit, entre 3 et 4h du matin. C’est vrai que l’on devient des spécialistes des arrivées de nuit. Sauf que là, c’est quand même un peu délicat. Il n’y a pas de lune, il y a des perturbations magnétiques aux abords de l’archipel, des iles non éclairées… On décide de prendre le deuxième ris, d’envoyer la trinquette pour ralentir et arriver au lever du jour. Nous faisons un bord de 70 milles à une moyenne de 6,5 noeuds.

Dimanche 8 août - Jour #6

A 5h30 du matin aux premières lueurs du jour, nous apercevons les premières îles non éclairées et Lanzarote au loin. Nous ne sommes plus qu’à 12 milles. La mer est bien formée et nous restons concentrés pour bien viser l’entrée du petit détroit entre Lanzarote et la Graciosa. Le vent est susceptible d’accélérer entre les 2 îles et comme nous avons déjà 25 noeuds établis, nous sommes prudents. Nous apercevons 2 bateaux de passagers qui font la liaison entre les îles et l’excitation de l’arrivée se fait ressentir. Tout le monde est sur le pont ou presque (Emma est une grosse dormeuse). Nous entrons dans le détroit doucement à la voile, empannons 2 fois et arrivons finalement à 8h au mouillage devant la playa Francesca. Le vent souffle entre 20 et 25 noeuds, on ressent la fraîcheur mais malgré ça, les filles se jettent à l’eau pour fêter l’arrivée!

Nous sommes tous satisfaits de cette traversée de 690 milles bouclée en 4 jours 22h. Nous avons tous pris du plaisir à être au large, à ressentir les éléments et à admirer la nature fascinante et qui peut être si puissante. Maintenant, nous allons pouvoir profiter pleinement des Canaries et vous partager notre escale de quelques semaines. Mais personnellement, il me tarde déjà de retrouver ces sensations du large où l’on se sent complètement ailleurs, vulnérable mais à la fois tellement bien…

Lancés dans notre nouvelle vie

Lancés dans notre nouvelle vie

Voila un peu plus d’un mois que nous avons quitté Canet et que nous sommes réellement lancés dans notre nouvelle vie. Si notre mésaventure lors de notre première traversée avortée s’est soldée par plus de 3 semaines passées au port de Palamós, nous avons fait ensuite une étape de 4 jours à Blanes, une étape de 2 jours à Barcelone et nous voilà à présent aux Baléares, à Alcudia

Voici le récit de notre dernier mois...

Évaluer les dégâts 

Il faut bien l’avouer, avoir navigué pendant plus de 24h avec 90m de chaîne et une ancre de 30 kgs au fond de l’eau a soulevé quelques inquiétudes sur l’état du bateau. Au-delà des avaries visibles comme le génois déchiré, il était nécessaire d’inspecter la coque et toutes les parties immergées du bateau. J’ai donc enfilé ma combinaison, mes palmes et me voilà en ce 5 janvier de nouveau dans l’eau coincé entre 2 coques dans une eau à 13 degrés pour essayer de détecter le moindre petit problème. Heureusement l’eau est limpide ce qui donne une excellente visibilité. Et par chance, à part quelques coups sur le gelcoat au-dessus de la ligne de flottaison, un peu de peinture antifouling qui s’est enlevée sur les parties renforcées du tunnel du propulseur d’étrave, je ne vois rien. Il est vrai que sans bouteille de plongée et quelques kilos de plomb, j’ai un peu de mal à descendre en apnée comme dans le Grand Bleu, mais je suis à peu près sûr de moi quand à la qualité de l’inspection. Nous nous en sortons bien dans notre malheur et c’est la preuve que le bateau est vraiment marin.

Gérer les finances

Néanmoins, s’il n’y a pas de dégâts sous le bateau, il n’en ai pas de même sur notre porte monnaie... Notre mésaventure vient impacter l’équilibre de nos finances à court terme et nous savons que nous devrons être vigilants dans les semaines qui suivent pour ne pas nous mettre dans le rouge. Nous nous mettons à la recherche d’un génois de rechange. Nous avions plutôt prévu l’achat de voiles neuves pour l’automne 2021. Alors pour cette fois, ce sera un génois d’occasion. Après avoir parcouru quelques petites annonces, nous en trouvons un dont les dimensions sont à peu de choses près similaires au nôtre et pour un prix de 300€. Transport compris, la note s’élève à 500€. Nous ne pouvons pas voir la voile, mais elle est vendue par un professionnel, il y a donc des chances pour qu’elle soit quand même dans un état correct. Nous ne laissons donc pas passer l’occasion. La voile arrivera finalement deux semaines plus tard après quelques quiproquos entre le vendeur et l’agence de livraison. Nous en sommes quitte pour une facture d’un mois de port à 1.000€...

Nous en profitons également pour recommander un boîtier électronique pour notre moteur HB d’annexe qui lui, avec ou sans tempête, ne fonctionne toujours pas. Il va bien falloir que l’on parvienne à le faire fonctionner si on veut passer du temps dans les mouillages. Nous le recevons 3 jours avant notre départ de Palamós avec un excellent service de la société CNautique France.

Ambiance COVID...

Les débuts dans notre nouvelle vie sont aussi marqués par l’adoption de nouvelles habitudes. Découvrir de nouveaux lieux, c’est pouvoir identifier rapidement les points de ravitaillement en nourriture, les aires de jeux pour les enfants, les lieux à visiter. Et sans voiture à disposition, pas toujours évident. Tout prend un peu plus de temps mais le bon côté des choses, c’est que ça nous fait marcher beaucoup plus qu’avant. Ce qui nous marque le plus, c’est l’atmosphère étrange qui règne à chaque escale dans cette période de forte épidémie. Déambuler dans des rues presque désertes avec de nombreux commerces fermés donne souvent l’impression de villes fantômes. Même Barcelone a pris un tout autre visage sans les animations de la Rambla, la foule qui déambule dans les rues. On ressent réellement le poids de cette période compliquée, et nous ne pouvons nous empêcher de penser à toutes les personnes qui souffrent économiquement avec toutes les conséquences que cela engendre sur l’avenir mais aussi sur la santé mentale.

Un sentiment encore plus fort d’être privilégiés

Quand à nous, nous sommes pris entre deux ressentis. Celui de privilégiés d’abord, en étant en mesure de voyager et d’échapper à la plupart des restrictions mises en place par le gouvernement espagnol et les provinces autonomes. Alors que la Catalogne est confinée par ville, nous sommes autorisés à nous déplacer en bateau sans que rien ne nous soit demandé. Nous sommes toujours accueillis chaleureusement par les ports. Même le passage vers les Baléares n’a posé aucun problème. Alors que nous avions prévu de faire un test PCR (et même payé 400€ pour un rendez-vous pour nous 4 à Barcelone), nous avons appris qu’en ayant séjourné dans des ports espagnols précédemment, nous n’avions pas besoin de test. Tant mieux pour nous, même si on lutte maintenant pour nous faire rembourser... 

L’autre sentiment en étant lancés dans cette nouvelle vie, c’est celui de culpabilité. Alors que les gens sont cloués chez eux, nous profitons d’une liberté qui nous permet de bouger, de nous évader et finalement de moins subir les effets de la crise, de mener une vie presque normale au quotidien. Mais nous nous sommes aussi créés cette nouvelle vie au prix de sacrifices et d’efforts, nous pouvons aussi la savourer.

Impliquer les enfants

Et comment se passe la vie à bord avec les enfants 24/24h avec nous? C’est l’un de nos gros défis du moment... globalement ils sont très coopératifs et c’est agréable de voir leur complicité s’installer au fil des jours. Mais il y a quand même quelques points qui sont sources de tensions. Nous essayons de les sortir des tablettes qui leur servent à la fois d’outil d’apprentissage, mais pas que... l’équilibre entre notre travail, l’éducation, l’école, l’entretien du bateau, les déplacements, les loisirs n’est pas encore totalement calé. Ils demandent beaucoup d’attention, sont intéressés par plein de choses mais jouent aussi parfois avec nos nerfs... À leur âge ils ont besoin de contacts avec d’autres enfants et les aires de jeux  font partie de nos premières recherches lorsque l’on arrive quelque part. Pas plus tard qu’hier, ils ont fait la connaissance d’une petite fille allemande de 8 ans (qui parlent 5 langues!! rien que ça...) et de deux garçons russes de 7 et 9 ans qui vivent également sur leur bateau. Une belle rencontre malgré la barrière de la langue qui sera à notre avis vite surmontée! C’est aussi ça que nous recherchons, les rencontres et le partage de cultures. Mais il est important de leur forcer un peu la main pour sortir du bateau, vaincre leur timidité et aller à la rencontre des autres.

Nos prochaines étapes...

Avec notre arrivée aux Baléares, nous nous sentons pleinement lancés dans notre nouvelle vie. La traversée depuis le continent était importante pour retrouver le plaisir de naviguer et la confiance dans le bateau. Lynne souhaitait reprendre progressivement avec de petites étapes depuis Palamós avant de reprendre une plus longue navigation. Maintenant que nous sommes ici, nous allons y rester plusieurs semaines. Il y a beaucoup d’endroits à découvrir à commencer par la côte Est de Majorque que nous ne connaissons pas. Nous longerons la côte à la découverte d’endroits improbables et nous l’espérons, à la rencontre d’autres familles. Nous essaierons ensuite de descendre un peu plus vers Ibiza et Formentera, deux îles qu’il nous reste à découvrir.

Il ne vous reste plus qu’à nous rejoindre si le cœur vous en dit et si la situation le permet! Vous serez toujours les bienvenus à bord!