6 leçons après 2 années de voyage en voilier

Deux ans, déjà deux ans jour pour jour au moment où j’écris ces lignes que nous avons largué les amarres depuis le port de Canet en Roussillon pour partir à l’aventure autour du monde. Quelles leçons tirons-nous de ces 2 années de voyage en voilier? 

Nous avons parcouru plus de 6.000 miles nautiques, un peu plus de 11.000kms, à travers la Méditerranée, l’Océan Atlantique et la mer des Caraïbes. Et pourtant, notre départ, c’est un peu comme si c’était hier. Nous avons accumulé pas mal de bons souvenirs mais aussi quelques péripéties comme cette première traversée vers les Baléares qui reste bien gravée dans notre mémoire. Nous sommes encore loin d’être des marins aguerris, mais nous avons malgré tout beaucoup appris. Beaucoup appris sur nous-mêmes, sur le bateau, renforcé notre conviction qu’il y a toujours des solutions même dans les situations les plus délicates. Et quel plaisir de pouvoir vivre tout cela en famille tous les jours, de voir les enfants s’épanouir, se responsabiliser, prendre de l’autonomie, développer leur confiance en soi ainsi qu’une panoplie de qualités humaines qui leur seront indispensables dans leur vie.

Il y a beaucoup de choses que nous retenons de ces deux années. Mais pour celles et ceux toujours plus nombreux à vouloir partir et tenter l’aventure en voilier, si nous devions en retenir six à ce stade du voyage, ce serait principalement celles-ci: 

1- Apprivoiser le lâcher-prise

L’une des clés de la réussite d’un voyage en voilier, c’est de parvenir à laisser de côté tous les repères que nous avions à terre pour progressivement se familiariser avec l’environnement marin. Si vous cherchez à reproduire sur un bateau le confort et les facilités que vous aviez en vivant à terre, vous êtes certains de nourrir beaucoup de frustrations. Sur l’eau, tout est différent et souvent plus complexe. Le confort, la logistique, les déplacements, l’entretien. Tout ce qui parait banal dans une maison l’est beaucoup moins dès que l’on met les pieds sur un bateau. Et que vous ayez beaucoup d’argent ou non, cela ne change absolument rien aux défis qui vous attendent. Dans cet univers, ce n’est pas la taille du compte en banque qui compte, mais plutôt la capacité d’adaptation, le pouvoir de résilience, de patience, l’humilité et la débrouillardise.

La clé réside dans l’acceptation à perdre ses repères et à ré-apprendre à évoluer et à s’épanouir dans un nouvel environnement et un nouveau mode de vie. Sur l’eau, ce n’est plus vous qui dictez vos règles, vous devez vous adapter au monde qui vous entoure.

Quand vient la question des enfants, de leur éducation, là encore, le lâcher prise est important. Beaucoup de personnes s’inquiètent pour leurs apprentissages, leur niveau scolaire. La réalité est qu’ils sont à l’école de la vie et bien plus sensibles à l’environnement qui les entourent que la grande majorité des enfants du même âge. Ce mode de vie fait de voyage et de rencontres, parfois dans l’adversité, leur fait développer des aptitudes et des compétences qui leurs seront précieuses pour toute leur vie. Bien sûr il est important de s’assurer qu’ils acquièrent les compétences fondamentales comme lire, écrire, compter. Mais il ne sert à rien de notre point de vue de trop s’obstiner à vouloir leur enseigner comme à l’école. Non seulement il y a plein de situations quotidiennes qui les aident à acquérir ces compétences, il n'y a pas un seul enfant qui ne soit pas attiré ou passionné par un sujet. Mais surtout, ce serait certainement un frein pour profiter pleinement du voyage et des belles surprises qu’il vous réserve.

Les leçons du voyage en voilier
2- Se détacher du superflu

En voyageant en voilier, on se rend vite compte que les choses les plus simples sont souvent les meilleures. Nous apprenons à nous détacher du superflu pour nous concentrer sur ce qui compte vraiment. Nous sommes beaucoup moins pollués par la société d’hyper consommation, par les tentations inutiles, par toutes les polémiques qui font les choux gras des médias et qui exacerbent les tensions entre les gens en stigmatisant souvent les différences et en semant la peur. Le sensationnel s’efface pour laisser place à beaucoup plus d’authenticité, de spontanéité, de solidarité. Il y a une sorte de déconnexion salvatrice qui nous permet de relativiser les enjeux en nous faisant prendre conscience de ce qui compte vraiment. Et tout cela contribue à faire émerger une sorte de plénitude, de bien-être. On remet en question nos anciennes habitudes pour apprécier beaucoup plus la simplicité d’une rencontre, d’un instant à admirer ce que la nature a à nous apporter de plus beau mais aussi de plus simple.

Car au final, n’est-ce pas l’humain et le vivant qui comptent le plus, plutôt que la course effrénée au profit qui créé une société toujours plus individualiste et destructrice? Pour nous, cette conception de la vie dans la simplicité et plus en harmonie avec l’environnement qui nous entoure devrait être une priorité. La vie en voilier aide à cette prise de conscience et à cette déconnexion. Au vu de l’état du monde aujourd’hui, c’est une philosophie de vie qui nous semble bien plus en phase avec les défis que l’humanité doit dès à présent relever…

3- Accepter l’imprévu

Le principe d’un voyage en voilier est que votre plan initial peut rapidement prendre une version B, puis C et éventuellement D. La réalité est qu’il est très difficile de planifier longtemps à l’avance. Généralement, 3 mois est un maximum. En effet, beaucoup de choses échappent à votre contrôle, qu’il s’agisse de la météo, de problèmes techniques à régler sur le bateau ou encore, de l’envie de rester plus longtemps que prévu dans un endroit que vous trouvez agréable et où vous vous sentez bien. En mer c’est la même chose. Il n’y a jamais de petite navigation et même dans un temps calme, vous ne serez jamais complètement à l’abri d’un problème qui vous retardera ou vous obligera à changer votre route. Quant au mouillage, imaginez-vous dans un endroit paradisiaque et en pleine nuit, le vent se lève, le bateau dérape et vous êtes obligé de quitter les lieux en urgence car le mouillage n’est plus tenable.

Ces situations peuvent se révéler très frustrantes, d’autant plus qu’elles sont très inhabituelles dans une vie à terre. Et pourtant, il n’y a pas d’autres choix que d’accepter ces impondérables qui mettent toujours un de peu de piment dans votre voyage, même s’il faut bien avouer que parfois, on s’en passerait bien. Il est inutile de s’énerver, mais plutôt prendre les événements avec philosophie et les accepter tels qu’ils sont. Tout cela fait partie de l’aventure.

Les leçons de la vie en voilier
4- Prendre du plaisir dans la difficulté

Il faut bien se l’avouer, vivre à l’année sur l’eau et voyager en voilier, ce n’est pas toujours facile. Et beaucoup de personnes prétendantes au voyage ont souvent tendance à l’oublier. Derrière la carte postale, les images idylliques, se cache beaucoup de travail, de galères, d’abnégation.  Un voilier nécessite un travail d’entretien quotidien. Et parfois, il faut bien avouer que c’est fastidieux. Finalement, les temps de répit, de détente sont assez rares et loin des idées reçues. Non, vivre sur un voilier ne ressemble aucunement à des vacances permanentes. Et cela nécessite d’avoir de multiples compétences et une bonne dose de curiosité pour pouvoir venir à bout de la plupart des problèmes qui surgissent devant vous. Autant dire que si vous souhaitez juste prendre du bon temps, que vous n’avez pas la passion pour ce que vous faites, que vous n’êtes pas curieux et que travailler dur et longtemps dans des espaces souvent peu accessibles n’est pas votre tasse de thé, il vaut mieux que vous renonciez à vos rêves d’évasion sur l’eau. 

Pour parvenir à apprécier ce mode de vie, il vous faudra prendre du plaisir à apprendre et à ré-apprendre, à démonter et remonter vos équipements, à vous familiariser avec les travaux manuels de toutes sortes. Vos efforts seront toujours récompensés par la satisfaction d’avoir accompli quelque chose qui vous permettra de pouvoir poursuivre votre voyage. Un peu comme un sportif qui s’entraîne dur, qui souffre parfois, mais qui au final, éprouve beaucoup de satisfaction à progresser pour devenir meilleur.

5- Accepter sa vulnérabilité

Voyager en voilier, c’est la garantie de passer par tout un tas d’émotions, positives comme négatives. Les hauts sont très hauts et les bas, très bas. Il n’y a pas vraiment de juste milieu. Autant le sentiment de plénitude peut être à son sommet en découvrant un endroit paradisiaque, autant l’impression d’inconfort, le stress dans des conditions de navigation difficiles peuvent être tout aussi déstabilisants. L’élément marin nous rend vulnérable, que l’on soit novice ou aguerri. Il est sain de laisser aller ses émotions, de les accepter telles qu’elles sont. Si à terre vous étiez de nature toujours positive avec beaucoup de confiance en vous, il n’est pas impossible que la confrontation avec les éléments vous mette dans des situations inhabituelles dans lesquelles vous vous sentirez peu à l’aise et qui vous ferons perdre au moins ponctuellement votre enthousiasme. Le meilleur conseil que l’on peut donner est de parvenir à mettre son égo de côté, de rester humble et d’accepter que nous ne sommes pas grand chose face à la nature.

Les leçons du voyage en voilier
6- Profiter du moment présent

Depuis toujours, l’un des meilleurs endroits que nous ayons trouvé pour nous ressourcer a été sur l’eau. Quelques heures de navigation et c’est quasiment la garantie d’être dépaysé, de vivre un moment hors du temps et de se ressourcer. Lorsque l’on vit à bord à temps plein et que l’on voyage en voilier, le dépaysement n’est pas toujours immédiat. Au contraire, il est facile de se laisser dépasser par le quotidien. Et à quoi bon choisir ce mode de vie si c’est pour se retrouver pris au piège des mêmes choses que lorsque nous vivions à terre, générant souvent angoisses, stress, mais aussi en s’imposant ses propres contraintes.

Prenez le temps d’apprécier le moment présent, de chérir chaque lever et coucher de soleil, de contempler ce qui vous entoure. La beauté réside dans la simplicité. Ne passez pas à côté des rencontres impromptues avec votre voisin de mouillage. Vous serez surpris de la richesse de chaque parcours, vous partagerez de belles expériences et même si c’est éphémère, cela restera toujours un moment fort de votre voyage….

Les leçons de la vie en voilier
close

Ne manquez rien de notre aventure !

Inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter, nos conseils et retours d'expériences ainsi que toutes nos nouveautés

2 réponses sur “6 leçons après 2 années de voyage en voilier”

  1. Belle analyse conforme à notre expérience de 40 ans de navigation en Méditerranée et Antilles. Rien n’est jamais acquis. L’imprévu nous guette dès l’appareillage que ce soit pour une traversée Hyères Porquerolles ou pour une croisière de plusieurs jours ou semaines. Vous avez réalisé ce que j’ai toujours rêvé.
    Bravo et bonne continuation.

    1. Merci beaucoup Michel pour ce commentaire. 40 de navigation, respect! Nous aurions certainement beaucoup de choses à apprendre!
      Ces 2 années de voyage nous ont aidé à développer un autre regard sur le monde et les enfants peuvent s’en inspirer. Nous sommes tellement contents qu’eux aussi développent une philosophie de vie où ils apprennent que rien n’est jamais gagné, qu’il faut se battre et apprécier ce que l’on a.
      Nous allons poursuivre en 2023 avec pleins de projets en tête.
      A très bientôt et merci de continuer à nous suivre!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *