On traverse l’Atlantique, direction les Antilles! (Partie 1/2)

On part pour une traversée de l’Atlantique, direction les Antilles! Vous y croyez vous? Nous, on a encore du mal à réaliser… on va traverser un océan à la seule force du vent, et braver les éléments sur notre maison flottante. Il y a encore quelques semaines nous hésitions à nous engager dans un tel périple. Parce que quand on y pense, même si pour beaucoup de marins expérimentés, l’expérience paraît banale, il s’agit bien de passer environ 3 semaines sur l’eau au milieu de l’Atlantique sur une coque en plastique qui ne représente pas grand chose au milieu de cette immensité…

Pour nous lancer malgré nos hésitations (c’est quand même une grande inconnue pour nous!), il y a eu un premier déclic après notre soirée passée avec Sophie de RyanandSophie Sailing. Elle a fini par nous rassurer sur le fait que nous étions suffisamment équipés pour partir. Jusque-là, l’état de notre génois déjà réparé ne nous rendait pas vraiment optimistes. Mais au final, avec 4 voiles d’avant (2 génois, une trinquette et un spi), on a fini par être convaincus de partir. Mais avant ça, nous sommes passés par quelques préalables.

Équipage et révisions...

D’abord sortir le bateau de l’eau pour lui faire une bonne révision. Notre escale à Las Palmas de Gran Canaria a été parfaite pour cela. Safran, guindeau, spi, teck, antifouling, vérification du gréement, nous n’avons pas ménagé nos efforts juste avant Noël pour nous assurer que le bateau était au top de sa forme pour nous porter vers l’Ouest! Ensuite, il nous fallait constituer notre équipage. Nous avions recruté Léa, une jeune française avec qui nous avions eu un contact en visio-conférence après qu’elle ait posté une annonce sur les groupes spécialisés dans les bourses aux équipiers. Pour nous, Léa avait le profil parfait, avec comme inconnue l’acclimatation à l’univers marin et au mal de mer. Sans connaissance de la voile, son but était de traverser de préférence avec une famille. Une excellente chose puisque nous voulions que quelqu’un puisse occuper les enfants pendant les journées de navigation. Très rapidement, elle se montrera non seulement très dévouée vis à vis de Mathieu et Océane, mais en plus de ça, passionnée par la navigation, l’envie d’apprendre et de comprendre. Elle se révèlera être une super barreuse, même dans les conditions un peu plus musclées. 

Avec Léa, notre équipage semblait complet, jusqu’au jour où Lynne m’informe lorsque nous étions à Las Palmas, que deux heures plus tard, 2 garçons, Antonin et Corentin, allaient venir nous voir pour discuter de leur projet de traversée. Tous les deux viennent de se lancer dans un tour du monde en stop. Ils travaillent avec des écoles primaires, ne connaissent pas la voile non plus. Mais leur projet est super et s’inscrit bien dans la philosophie que l’on aime, avec l’implication des enfants. Du coup ça « matche » vraiment bien et deux jours plus tard, ils s’installent à bord. Ils sont bien complémentaires pour la gestion du bateau et d’une gentillesse incroyable. Leur présence ne sera pas de trop pour les travaux sur le bateau. Et franchement, les écouter s’extasier à chaque instant fait vraiment plaisir. Leur mot clé, c'est "Incroyable"! Au moins, ils savent apprécier la vie et savent aussi pourquoi ils sont là!

Traversée de l'Atlantique

Le pré-départ et Covid

Océane voulait absolument passer Noël hors navigation. Certainement par crainte que le Père Noël ne la trouve pas!… c’est donc au mouillage de Las Palmas que nous célébrons simplement cette journée spéciale, par 24 degrés. Puis faute de bonne fenêtre météo pour descendre au Cap-Vert, nous prenons la décision de nous rendre à Tenerife pour quelques jours. Cela permettra à tout l’équipage de s’amariner. Nous faisons une courte navigation de nuit et nous installons à la Marina de Santa Cruz. Là, nous y retrouvons nos amis de World Towning et de Kokopelli qui étaient nos voisins de ponton à Canet! Décidément ce monde est petit, et nous sommes ravis de retrouver Alain et Lydia. Nous faisons aussi la connaissance d’une famille Belge avec qui Mathieu et Océane ne cessent de jouer. Jusqu’à ce que… à la veille de partir pour le Cap-Vert, nous sommes tous testés positifs au COVID. Désillusion pour tout le monde, nous qui pensions passer le Nouvel An en mer, nous allons devoir rester isolés sur le bateau pendant 7 jours… heureusement à part une légère fatigue, nous n’avons que très peu de symptômes. Mais on doit bien avouer que l’impatience commence à nous guetter, même si fondamentalement, rien ne nous presse à partir…

On prend le large!

Le bon côté du Covid, c’est qu’une fois la période d’isolement passée et dans l’attente de la fenêtre météo, nous pouvons refaire quelques réserves. Et avec Lynne, nous en profitons pour faire une dernière petite escapade sur le Teide, le plus haut sommet d’Espagne perché à 3.700m d’altitude.

Enfin, c’est le grand moment! Nos tests antigéniques négatifs, l’excitation se fait grandement sentir parmi l’équipage. Nous larguons les amarres à 9:00 de Santa Cruz et nous faisons un stop rapide quelques milles plus au sud pour faire le plein de carburant. Nous reprenons ensuite notre route au moteur à cause d’un vent défavorable, jusqu’au moment où il s’établit à 15 noeuds travers, le temps idéal pour dérouler le génois. Et là, grosse désillusion, l’enrouleur électrique ne fonctionne pas… je passe au moins 3 heures à essayer de trouver la solution, mais sans succès. Nous devons faire une escale technique au sud de Tenerife pour trouver la solution à cette énigme que j’ai bien l’intention de résoudre en moins de 24h. Une chose est certaine, le problème est électrique. Alors une fois amarrés à la marina San Miguel, qu’il fasse déjà nuit ou pas, je m’empresse de démonter le boîtier de commande pour inspection. Bingo! L’interrupteur est complètement oxydé et les fils électriques ne sont pas dans le meilleur des états. Du coup, à la première heure le lendemain matin, je suis à fond pour aller trouver un nouvel interrupteur. C’était sans compter sur mes yeux qui se fixent sur le nom du bateau voisin: « last chance »… serait-ce un signe du destin? Ça passe ou ça casse? Je trouve finalement mon graal en moins d’une heure. Retour au bateau, changement de l’interrupteur, reprise des fils électriques, je teste, ça fonctionne! Je peux refermer tout ça et nous pouvons prendre le large! Cette fois-ci c’est la bonne!

Traversée de l'Atlantique

6 jours exceptionnels

Toujours difficile de décrire les instants d’émotions que l’on peut ressentir quand on vit une expérience aussi particulière que celle de partir en mer pour traverser un océan. De toutes les navigations que nous avons fait depuis 2 ans, celle-ci est de loin la plus remarquable que nous ayons pu avoir, et de loin la plus agréable. Si nous sommes forcés de faire un arrêt technique pour une nuit au Sud de Tenerife pour un problème électrique sur l’enrouleur de génois, nous reprenons la mer dès le lendemain dans des conditions idéales, avec 15 noeuds travers. Nous sommes accompagnés d’un catamaran américain qui a quitté la marina de San Miguel au même moment que nous. Nous naviguerons pendant 48h bord à bord, avec des contacts VHF réguliers. Rapidement, les dauphins viennent nous rendre visite. Nous en avons tous les jours. La nuit, ils dessinent un sillage dans le plancton fluorescent, déboulant de l’arrière du bateau à l’étrave comme des torpilles! Le spectacle est fascinant. Le bateau marche bien à une moyenne soutenue de 7 noeuds et nous parcourons 320 milles en 48h. Les conditions de la deuxième nuit sont même un peu musclées avec des rafales à 32 noeuds et un vent moyen de 26-27 noeuds. Mais le bateau même un peu trop toilé passe bien les vagues. Je décide de soulager le pilote en prenant la barre plusieurs heures, relayé ensuite par nos équipiers de choc, Léa, Antonin et Corentin.

Traversée de l'Atlantique

A partir du troisième jour, le jeu consiste à essayer d’échapper au mieux au centre de l’anticyclone. Mais il avance plus vite que nous. Nous envoyons le spi pour la première fois depuis que nous avons le bateau et en profitons pour prendre des images de drone. Les dauphins viennent jouer par dizaine autour du bateau. Et ils s’en donnent à cœur joie, les plus jeunes sautant à des hauteurs impressionnantes. C’est la fête à bord! Tout le monde admire et savoure le moment. Deux tortues passent tranquillement à deux mètres de la coque, on ne sait plus où donner de la tête.

Traversée de l'Atlantique

Le lendemain, nous renvoyons le spi pour quelques heures puis le vent faibli vraiment. C’est l’heure et les conditions parfaites pour une baignade par 4.000m de fond. La température de l’eau n’est pas loin des 28 degrés. Léa surmonte ses peurs des grands fonds, Antonin et Corentin enchaînent les sauts depuis le bateau et Océane suit le mouvement. Puis nous repartons au moteur pour les 48 prochaines heures. On se passerait bien du grondement de notre ami "Perkins", mais c’est le seul moyen d’avancer. Et dans ces conditions, nous apercevons à quelques centaines de mètres de nous, plusieurs baleines en surface. Je décide de dévier notre route pour nous en rapprocher doucement, sans les perturber. Et là, le spectacle est magique. Nous passons 1h30 à les observer. L’une d’entre elles sortira la tête à tout juste 10 mètres du bateau. Impressionnant et majestueux de voir ces énormes mammifères si près de nous.

Et c’est finalement à l’aube du sixième jour que nous apercevons la terre se dessiner à l’horizon. Les îles de Santo Antao, São Vicente et São Nicolau apparaissent à quelques milles encore du bateau. Nous profitons d’un peu plus d’air pour terminer notre traversée sous voiles. Nous arrivons dans la baie de Mindelo après tout juste 6 jours de navigation. Nous avons parcouru 840 milles nautiques sans aucun dommage et avec un super équipage dont la complicité continue à se construire chaque jour un peu plus. Nul doute que ces moments resteront gravés dans la tête de chacun pour encore de longues années.

Nous allons maintenant profiter de ce que le Cap-Vert a à nous offrir. C’est la première fois depuis notre départ que nous sommes réellement dépaysés et que les enfants vont pouvoir vraiment commencer à se rendre compte de la chance qu’ils ont de faire ce voyage. 

Pour retrouver les images de notre traversée, ne manquer cette vidéo réalisée par notre équipier Antonin. Un régal!

close

Ne manquez rien de notre aventure !

Inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter, nos conseils et retours d'expériences ainsi que toutes nos nouveautés

2 réponses sur “On traverse l’Atlantique, direction les Antilles! (Partie 1/2)”

  1. Une belle lecture et très agréable, cela me réchauffe car à Saint-Nazaire c’est froid et temps gris avec en prime le brouillard. Cela fait une semaine sans navigation alors vos récits et vidéos sont mon meilleur médicament.
    Un grand merci et profitez intensément de ces moments magiques.
    amicalement
    Yannick (supporter du SNVBA)

    1. Bonjour Yannick! On réalise toujours un peu plus chaque jour le privilège que nous avons d’être là où nous sommes et de pouvoir profiter chaque jour d’un environnement exceptionnel. Bien sur tout est loin d’être rose tous les jours, mais globalement, nous sommes quand même préservés de tout ce climat terrestre anxiogène et loin des valeurs qui sont les nôtres. On espère que tu pourras naviguer de nouveau prochainement!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.