Bilan après un an de voyage en voilier!

« L’important n’est pas la destination mais le voyage ». 

Après un an de voyage en voilier, cette devise  résume bien notre parcours depuis notre départ de Canet-en-Roussillon. Si on regarde le nombre de Miles Nautiques parcourus, nous sommes encore loin des navigateurs de course au large engagés dans le Vendée Globe. Mais peu importe, car dans notre aventure, nous nous sommes donné le privilège du temps, pour que chacun apprenne et se sente bien. Voici donc un premier bilan de nos 12 mois bien éloignés des réalités de la vie à terre… Et si vous en doutiez encore, nous n'avons aucune intention de nous arrêter là pour l'instant!... 😉

Le meilleur plan, c’est pas de plan!

Dès notre première traversée, nous avons vite compris qu’il ne servait à rien de vouloir se tenir à un plan précis. Vous vous souvenez forcément de nos péripéties après avoir essuyé cette première tempête en Méditerranée qui, au lieu de nous porter vers les Baléares, nous a finalement fait atterrir sur la Costa Brava. Le ton était donné… Et pour nous, ce fût un mal pour un bien. Cela nous a bien fait comprendre que dans cet environnement marin, ce n’est pas toi qui décide, mais plutôt les éléments. Nous le savions avant de partir, mais il valait mieux que mère nature nous envoie une dernière piqûre de rappel! Et nous en avons fait notre philosophie, en écartant les courses contre la montre, quelles que soient les circonstances. Nous avons appris qu’il faut être prêt à tout, que chaque navigation se mérite et que même dans des conditions calmes, le danger et les montées d’adrénaline ne sont jamais très loin, en mer comme au mouillage. Nous devons veiller sur notre équipage, sur notre bateau mais aussi sur les autres. Et que dire des conditions météo dont les prévisions nous engagent dans des échanges passionnés afin de trouver les meilleures fenêtres de navigation. Sans oublier le COVID qui oblige à intégrer des paramètres supplémentaires et qui en cette nouvelle année, bloque pour quelques jours notre descente vers le Cap-Vert, l’ensemble de l’équipage ayant été testé positif… 

Apprendre à mieux communiquer

Après un an de voyage, nous avons dû aussi apprendre à cohabiter pleinement, sans échappatoire possible. Pas toujours facile, même si le couple est solide, de toujours trouver le ton juste pour communiquer dans des moments de stress, de fatigue, de tensions avec les enfants… Et pourtant, c’est un passage obligatoire si l’on souhaite que le voyage s’inscrive dans le temps. Nous ne devons pas nous reposer sur nos acquis, au contraire, nous devons faire preuve encore plus de bienveillance, d’écoute et de respect les uns envers les autres. Et avec les enfants, cela est d’autant plus essentiel, car ils sont encore en pleine construction, ils ne parviennent pas toujours à exprimer leurs émotions et eux aussi ont besoin de leur espace de liberté pour pouvoir se construire. Il faut donc trouver les mots juste, ne jamais réagir à chaud ou dans l’émotion… Ok, toujours plus facile à dire qu’à faire.

Surmonter ses doutes...

Nous insistons souvent dessus. Dans tout nouveau projet, il y a toujours une phase de doutes. Pourquoi nous sommes-nous lancés dans une telle aventure? Est-ce que nous allons y arriver?… Les questionnements sont nombreux et logiques. Les remises en question aussi! Mais si une telle aventure était facile, ça se saurait. Tout le monde se jetterait dedans à pieds joints sans réfléchir. Donc oui, il y a de nombreuses difficultés inhérentes à un tel projet de changement de vie, avec des événements qui viennent nous challenger chaque jour et nous questionner sur nos choix. Mais l’essentiel est de rester persuadés que nous avons fait le bon choix. L’essentiel est de bien se rappeler à chaque fois qu’un petit démon vient nous chatouiller derrière la tête, pourquoi nous avons entrepris le voyage et le sens que nous avons souhaité lui donner. Il est inutile de refaire l’histoire, de ressasser le passé, il vaut bien mieux regarder devant soi en se disant qu’il y a toujours une solution à un problème ou à une difficulté. Et la vie est plutôt bien faite pour ça. Pour nous, après un an de voyage, semaine après semaine, la sérénité s’installe un peu plus à bord et au sein de la famille. Nous savons qu’après cette phase de doutes viendra l’étape de la transformation qui prendra le dessus et nous fera dire dans quelques années que nous aurions eu tort de ne pas nous lancer dans une telle aventure tellement nous avons appris sur nous, sur les autres et sur le monde.

Un équilibre encore difficile à trouver

Dans ce style de vie, le temps est un allié pour parvenir à retrouver un équilibre et une harmonie familiale. Si nous acceptons que les choses ne vont pas toutes se mettre en place immédiatement comme nous le souhaitons ou comme nous l’avons imaginé, alors nous n’irons pas au devant de désillusions. Il ne sert à rien de nourrir des frustrations face à des événements ou des situations que nous ne pouvons pas toujours maîtriser. Les changements sont tellement complexes et radicaux qu’il faut accepter que toutes les pièces du puzzle ne se placent pas d’un seul coup. Et nous ne sommes jamais assez préparés à nous lancer dans une telle aventure. Sauf qu’à un moment, il faut y aller, il faut sauter le pas! Beaucoup de choses nous challengent au quotidien, entre nos métiers, l’école des enfants, sortir faire ses courses quand tu n’as pas de voiture et que le supermarché est à 2km, gérer l’administratif, les connexions Internet, les communications, les pannes du bateau… Il faut parvenir à lâcher prise sur tout ce que l’on connaît dans nos vies « classiques » pour laisser les choses se placer les unes après les autres. C’est finalement un jeu de patience, de persévérance. Mais il y a toujours la récompense au bout du chemin: la satisfaction de voir à quel point nous nous habituons et nous parvenons à adapter notre quotidien et nos journées à une vie non routinière. Nous avons encore beaucoup de choses à parvenir à caler, à équilibrer, mais nous savons que nous sommes sur la bonne voie. Nous pouvons constater toujours un peu plus de sérénité et progressivement, nos rythmes de vie deviennent plus paisibles et naturels.

L’importance de faire une coupure

Même après « seulement » un an de voyage, nous apprenons au travers de l’expérience des autres mais aussi de notre propre situation, à quel point il est important de s’accorder une coupure régulièrement, en dehors du bateau. En observant de nombreux navigateurs au long-cours, tous s’accordent un temps de pause, ne serait-ce que quelques semaines, pour souffler et retrouver le confort d’une vie un peu plus normale. Cette parenthèse est l’occasion de visiter la famille, de préparer la suite de son voyage, de profiter de choses qui paraissent anodines à terre mais qui le sont beaucoup moins lorsque l’on vit sur l’eau toute l’année. 

Pour nous, Septembre a été un mois difficile, dans un environnement que pourtant beaucoup de monde aurait envié. Alors que nous étions à Lanzarote, Lynne avait besoin de se retrouver un peu. Nous passions nos journées au mouillage, la tête dans le travail sans pouvoir vraiment aller visiter l’île par manque de voitures de location, et sans savoir non plus ce que nous allions faire dans les mois qui allaient suivre. Nous avions prévu d’abord de descendre vers le Cap-Vert pour remettre les enfants à l’école jusqu’à Noël. Malheureusement, nous avons dû reconsidérer la question pour pouvoir faire quelques réparations sur le bateau mais aussi parce que nous ne pouvions tout simplement pas payer pour les coûts de scolarité dans une école privée, tout aussi séduisante soit elle. Lynne a pris un coup au moral, même si nous avons accueilli nos premiers invités à bord pour de courts séjours qui sont apparus comme des bouffées d’air frais. 

Elle a donc profité de l’un de mes déplacements professionnels aux Comores pour rentrer à Bordeaux avec les enfants. Une occasion pour revoir les amis, retrouver du soutien et se refaire une petite santé au plan moral. Dans l’avenir, nous n’hésiterons pas à nous accorder ces parenthèses dès que nous le pourrons. Cela aussi participera à l’harmonie familiale, même si ça nous a fait bizarre de nous séparer après plus de 18 mois passés 24h/24 ensemble.

Bilan après un an de voyage en voilier
Bilan après un an de voyage en voilier
Bilan après un an de voyage en voilier
Bilan après un an de voyage en voilier
Le plaisir simple des rencontres et des soirées au mouillage

Beaucoup pensent que vivre sur un voilier est synonyme d’isolement. Il arrive parfois que l’on nous pose une question du type « mais vous n’avez pas peur que vos enfants soient complètement désociabilisés ou ne sachent plus s’adapter au monde normal? ». C’est très mal connaître la vie en bateau et ses réalités. Même si certaines rencontres sont éphémères, il peut ne pas se passer un soir où nous ne sommes pas invités -ou que nous invitons- par des plaisanciers voisins de mouillage ou de ponton. Et les enfants sont les premiers à sauter du bateau pour aller à la rencontre d’autres enfants, quelles que soient leurs nationalités. C’est ça le pouvoir du voyage, des rencontres spontanées, sans prêter attention aux différences et barrières du langage. Alors si un jour vous partez naviguer, pensez à toujours avoir quelque chose de prêt pour un apéro dinatoire qui garantira de bons moments de convivialité, de partage et de bonne humeur! Nous, au bout d’un an, nous avons arrêté de compter le nombre de fois que nous avons accueilli ou que nous nous sommes déplacés dans un autre cockpit. Et à chaque fois, c’est toujours un plaisir de recommencer!

La frustration de ne pas être complètement immergés dans la culture locale

La faute au COVID? Certainement un peu… Nous avons entrepris cette aventure pour aller à la rencontre des gens et découvrir de nouvelles cultures. Nous avons adoré la grande majorité des lieux que nous avons visités. Mais il nous manque encore une immersion plus marquée dans la culture locale. Or beaucoup d’événements ont été annulés, les gens étaient certainement plus frileux à ouvrir leurs portes, avec en plus la pression de mesures et restrictions sanitaires dissuasives. Plus nous allons avancer dans l’aventure et le voyage, plus nous rechercherons à créer du lien avec les locaux. Certainement que l’arrivée au Cap-Vert marquera un tournant à cet égard.

Le voilier: le moyen de transport le plus cher pour voyager gratuitement

Êtes-vous familier avec l’expression « la liberté a un prix »? Si ce n’est pas encore le cas, venez vite nous rejoindre, vous verrez que la vie en bateau l’illustre parfaitement bien!! C’est fou ce que la moindre petite pièce peut coûter… Et comme notre voilier est notre maison, nous l’entretenons de la meilleure façon qu’il soit pour qu’il puisse nous amener le plus loin possible et le plus longtemps possible. Il y a toujours quelque chose à réparer, à bricoler, à rénover… Et si jamais vous avez l’impression que tout marche super bien, savourez le moment mais ne vous réjouissez pas trop vite car ça ne devrait pas durer trop longtemps! Cette année n’a pas été simple économiquement pour nous. Nous avons du jongler avec une baisse de revenus liée au COVID, quelques coûts imprévus d’entretien, les frais fixes de la vie en bateau. Mais au final, nous parvenons quand même à équilibrer tant bien que mal le budget, au prix d’efforts et de quelques moments de stress. Pour toutes celles et ceux qui aspirent à prendre la mer, il faut environ tabler entre 10 et 15% de la valeur du bateau pour les frais d’entretien et de fonctionnement.

Les bases d’un nouveau projet professionnel ?

Nous l’avons évoqué à quelques reprises lors de nos Live et dans d’autres articles, mais il nous tenait à coeur de pouvoir lancer plus concrètement nos activités de coaching et d’accompagnement de futurs « aventuriers ». Le parcours de réflexion et de construction a été un peu laborieux, Lynne et moi ayant eu des idées un peu différentes tout en étant complémentaires. L’enjeu était donc de trouver le bon équilibre là encore, tout en prenant confiance progressivement dans les services que nous voulions mettre sur pied. Et nous sommes heureux de constater que cela prend forme, même si beaucoup reste à faire. Nos séjours en immersion prennent forme avec déjà des réservations pour la Martinique. Nous avons également commencé à accompagner des familles à distance dans leurs projets de voyage. 2022 devrait nous permettre de poursuivre sur cette lancée pour notre plus grand plaisir. D’ailleurs, si vous connaissez autour de vous des familles qui rêvent de s’évader de leur quotidien et qui aspirent à un mode de vie différent, encouragez-les dans leur projet et passez leur le mot qu’une super famille franco-canadienne se tient prête à les accueillir pour pouvoir les guider dans leur cheminement et leur montrer la réalité de la vie en voilier!

Nous vous souhaitons une très bonne année 2022 et que vos rêves puissent devenir une réalité!

Un an de voyage

2 réponses sur “Bilan après un an de voyage en voilier!”

  1. Bonjour,
    Roland a bien raison. Le voyage , en général, est une leçon d’apprentissage. Chaque fois que nous changeons notre quotidien , nous apprenons. Et evidemment, il faut être en capacité d’écouter les autres , son équipage , pour le faire progresser. Je trouve que pour vous , il s’agit d’une belle remise en cause car nombreuses doivent être les incertitudes du moment et de l’avenir., par rapport à vos expériences passées , notamment d’entraineur( je crois). Je lis toujours avec plaisir , vos aventures, vos interrogations, vos erreurs. Je trouve que la vie en bateau, exacerbe notre capacité d’adaptation et stimule nos doutes de façon positive. Amicalement, Patrick et Sylvie sur Croix du Sud , Senior Des Flots.

  2. J’aime beaucoup la franchise de vos commentaires sur les réalités de l’expérience en mer.
    C’ de plus en plus évident que l’apprentissage est l’objectif du voyage. Surtout, pas seulement apprendre sur soi même mais aussi sûr et avec les autres membres du bateau. Adultes et particulièrement enfants…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.