Ça bricole à bord

Une semaine de vacances bien remplie!

En cette première semaine de vacances pour les enfants (mais dernière semaine pour Emma qui nous a rejoint quelques jours avec Mamie), nous avions décidé de nous retrouver à Canet pour profiter de quelques jours pour poursuivre les travaux de notre check-list préparatoire à notre voyage. Et comme un plan ne se déroule jamais comme prévu, forcément, nous avons déjà l’impression de prendre pas mal de retard sur notre planification. Pour nous, c’est un peu un saut dans l’inconnu quand il s’agit des aspects mécaniques, électriques et divers circuits à l’intérieur du bateau… Alors on prend notre mal en patience, on se creuse les méninges pour essayer logiquement de trouver une solution aux problèmes mais souvent cette semaine, le refrain a été le même : « Je comprends pas pourquoi ça fait ça… »

Trouver la fuite...

Voici un échantillon des petits problèmes qui apparaissent au fur et à mesure que nous essayons d’avancer dans nos tâches:

  • Grosse fuite d’huile moteur qui a inondée la cale moteur. Pour ceux qui ne se rendent pas compte de la profondeur de la cale, elle doit faire à peu près 1,80m de profondeur. Cela nous a valu d’aspirer à plusieurs reprises pour nettoyer, des aller-retours pour vider l’huile à la zone de recyclage, le nettoyage de certaines parties du moteur pour essayer de comprendre d’où vient la fuite. A ce stade, nous n’en avons toujours pas trouvé l’origine et nous serons bons pour un levage du moteur, un changement de tous les filtres et certainement le changement du joint du carter d’huile. Bref, beaucoup de logistique en perspective, des frais et une grosse semaine de travail à planifier pour un moteur qui doit peser pas loin d’une tonne. Le bon côté des choses c’est qu’après ça, on devrait le maîtriser un peu plus pour être capables d’en assurer régulièrement la révision nous-mêmes.
  • Déclenchement automatique de l’une de nos pompes de cale. Dans tous les bateaux, une pompe se déclenche automatiquement quand de l’eau se retrouve dans les fonds. Un système de sécurité qui accessoirement peut éviter de couler. Sur notre bateau nous en avons deux. Le problème est que l’une d’entre elles s’est déclenchée et ne voulait plus s’arrêter. Pas forcément bon signe et pourtant, nous ne voyions pas d’eau rentrer de façon significative. Juste le rejet des eaux de douche et éviers. Donc à priori rien d’alarmant. Pas sûr que la situation soit réglée entièrement, mais après avoir sorti les différents tuyaux et repositionné quelques-uns, il semble que la pompe se soit calmée… Espérons que ce ne soit rien de plus…
  • Déclenchement régulier de la pompe à eau. Cette pompe permet de donner de la pression dans tous nos réseaux d’eau à l’intérieur du bateau. Normalement elle ne se déclenche que lorsque nous faisons couler de l’eau. Là, environ toutes les 30 secondes, elle se met à ronfler pendant 5 secondes à tel point que nous avons décidé de l’éteindre quand on ne se sert pas de l’eau. Son déclenchement peut s’expliquer de trois façons: soit il y a une fuite dans le réseau et là, on peut jouer à « cherche et trouve » pendant plusieurs jours… Soit le régulateur de pression est défaillant et la pompe devra être changée. Soit il peut y avoir des problèmes de raccordement avec nos cuves d’eau. On poursuit nos investigations, sachant que le ballon d’eau chaude connaît aussi des petites fuites…
  • Potentielle fuite de la cuve d’eau tribord. En 2018, l’ancien propriétaire a fait installer deux nouvelles cuves en Inox de 350 litres chacune. En voulant tester leur comportement en pression et après 1h30 de remplissage, nous nous sommes aperçu que le passavant (passage qui permet d’accéder à l’avant du bateau) tribord en teck était humide et que cette humidité se retrouvait aussi sur la partie droite du plancher du cockpit. Du coup, on soupçonne soit une fuite quelque part (qui pourrait expliquer aussi le déclenchement de notre pompe à eau), soit un trop plein avec une difficulté de la cuve à tenir correctement la pression de l’eau. Comme nous devons traiter les cuves pour nous assurer que l’eau sera potable, on va recommencer l’opération et voir si le phénomène se reproduit…

Et sinon à part les fuites, quoi de neuf ?

Et bien il y a quand même quelques petites choses qui ont avancées. Les filles ont nettoyé complètement les plafonniers qui étaient pas mal oxydés et ça change le look intérieur du bateau avec le laiton qui retrouve en grande partie sa couleur d’origine. Mamie s’est employée a aussi nettoyer tous les hublots qui devenaient opaques. Un gros boulot qui nous permet enfin de voir les bateaux voisins mais qui reste encore à peaufiner en appliquant un lustrant sur tous les plexiglas pour essayer de les ravoir en totalité. Ce serait dommage de ne pas voir la mer depuis notre salon de pont…

Nous avons aussi débarqué l’annexe pour voir son état et la repositionner à l’avant du bateau. Emma y a mis du sien pour la hisser à bord et après état de la situation, rien de méchant sur l’annexe. Quelques éléments à recoller qui tiennent plus de l’esthétique que de la sécurité.

On garde le cap!

Aller, on tient le choc pour revenir en deuxième semaine! Et nous ne devons pas oublier de nous occuper des enfants, de travailler un peu aussi pour notre entreprise. Pas question de laisser tomber nos équipes et nos clients! Tout cela fait pas mal d’adaptations et ne manque pas de générer quelques émotions 😉 Mais on garde le cap!

Une réponse sur “Ça bricole à bord”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *