Se raccrocher à ses rêves

Du rêve à la réalité

Combien de fois n’avez vous pas été pris au sérieux par des personnes de votre entourage lors de discussions au sujet de certains de vos projets ? « C’est impossible… », « Tu n’y arriveras pas… », « C’est beau de rêver… », « D’autres ont déjà essayé… »… Autant de petites phrases qui peuvent facilement créer le doute ou vous donner plein de bonnes raisons pour ne pas vous lancer.

Depuis l’âge de 8 ans, j’ai voulu devenir un sportif de haut-niveau. A cette époque je jouais au tennis, je rêvais devant les exploits de Yannick Noah qui venait de gagner le tournoi de Roland Garros. Cette envie de faire du sport un métier ne m’a jamais lâché. Lorsqu’à l’âge de 17 ans, Michaël Chang remporte ce tournoi du Grand Chelem, je me dis que j’ai encore du chemin à parcourir malgré un début de détection, et je me lance dans le volley après de multiples sollicitations de mon professeur d’éducation physique et sportive qui joua de toutes les subtilités pour me compter parmi les joueurs de son équipe. Pari gagné, deux années après, j’intègre l’équipe de France cadets puis juniors avant d’être le plus jeune joueur sélectionné en équipe de France A juste après les Jeux  Olympiques de Barcelone. Ma carrière de joueur professionnel pouvait débuter.

Une attirance pour la mer et les bateaux

Au-delà du sport, j’ai toujours eu un faible pour la mer et les bateaux. Tout petit sur l’Ile de Ré, j’étais toujours le premier pour partir à la pêche sur le petit bateau familial. Sitôt rentré à la maison, je me lançais dans mon univers imaginaire en installant des matelas au sol, en posant à l’envers un vieux paquet de lessive en guise de moteur et c’était parti pour des heures de navigation dans mon jardin. Mes parents se souviennent encore de mes ronflements assourdissants imitant un moteur somme toute peu efficace… Mais déjà, je rêvais d’évasion et d’aventures. A tel point que je cherchais toujours à comprendre comment fonctionnaient les choses pour pouvoir devenir rapidement autonome. Cela m’a valu de presque couler notre petit bateau de pêche et de perdre le moteur au fond de l’eau…

Après les parties de pêche, la voile est entrée dans nos routines estivales. Mon père moniteur de voile et compétiteur avait la possibilité de naviguer sur le voilier de régate (un Surprise) d’un ami et nous partions quelques jours découvrir les côtes de la Costa Brava. Puis le divorce de mes parents a pas mal changé les plans et je suis resté assez éloigné de la voile pendant plusieurs années, notamment pendant ma carrière sportive. Ce n’est qu’à l’âge de 26 ans que j’ai renoué avec cet univers en naviguant sur le bateau familial, un Feeling 326 du chantier Kirié, et en prenant au fur et à mesure un peu plus d’expérience de la mer et de la navigation hauturière, en équipage ou en solo. La Méditerranée est devenue notre lieu annuel de vacances où nous nous retrouvons avec nos enfants qui eux aussi, ont pris le virus de la voile.

L'appel du large...

Depuis quelques années, avec la famille qui grandit et s’agrandit, Lynne n’a cessé de m’entendre pester contre le manque d’espace évident d’un 32 pieds. Avec six personnes à bord, la phrase favorite de l’été est vite devenue « Il nous faut un plus grand voilier! ». Avec mon double mètre et quelques douleurs articulaires qui me rappellent que finalement le sport de haut-niveau est loin d’être favorable à votre santé, je n’ai cessé de répéter au cours des 10 dernières années que nous devions acheter notre propre voilier pour partir en voyage. J’en ai écumé des sites de vente de bateaux, des kilomètres sur les pontons, en essuyant à plusieurs reprises de grands moments de solitude au vu des réactions de Lynne qui manifestement ne croyait pas un seul instant que nous serions en mesure de réaliser un tel projet. « Arrête de rêver, nous n’avons pas les moyens… ».

Il ne m’en fallait pas plus pour nous donner les moyens de créer des conditions favorables. Il y a deux ans, nous avons mis en place un plan d’actions prenant en compte nos situations personnelles et professionnelles avec l’objectif d’acheter notre bateau et partir autour du monde en famille. Après beaucoup de travail et d’ajustements, nous voilà aujourd’hui propriétaire d’Inuksuit, notre Dynamique 52, en pleine préparation pour aller découvrir le monde autrement.

Ne laissez jamais personne vous dire que c’est impossible. Les rêves font avancer et donnent une énergie incroyable. Ils nous aident à surmonter les périodes difficiles, les périodes de doutes. Rêver, planifier, agissez!

6 réponses sur “Se raccrocher à ses rêves”

  1. C’est beau la jeunesse! Bravo les amoureux! Je suis impatiente de vous suivre et de vous visiter si possible pour quelques escales…

  2. Je suis très ému à la lecture de ces textes, et très fier de mon fils…
    Bravo pour ce que vous entreprenez…
    A vous suivre…

    1. Merci Jean-Claude. Les influences de notre enfance sont les fondations de qui nous sommes aujourd’hui. C’est en grande partie grâce aux actions et influences de nos parents qui nous motive à entreprendre cette aventure avec nos enfants.

    1. Merci! On est très fier du parcours accompli jusqu’à maintenant. Le parcours n’est pas toujours facile, mais le chemin et les détours en valent la peine lorsque c’est en lien avec nos valeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *